Technologies

On sait combien coûtent les jeux « gratuits » de l’Epic Games Store

Tous les jeudis à 17h00 heure française, le magasin en ligne de l’Epic Games Store offre un voire plusieurs jeux vidéo gratuitement à toute personne possédant ou créant un compte sur la plate-forme. Une manière efficace de recruter de nouveaux abonnés afin de faire face aux mastodontes du PC que sont Steam et GOG.

Grâce à un document apparemment issu des fichiers qu’Epic doit présenter au tribunal pendant son procès face à Apple, on en sait désormais plus sur la mécanique et les dessous de cette opération récurrente durant la période décembre 2018 – septembre 2019.

La fourchette des tarifs varie beaucoup. Si on omet un titre acquis pour 0 euro (Metro : 2033 Redux), Epic Games a payé entre 45.000 dollars pour un petit titre comme Rime et 1,5 million de dollars pour Batman Arkham. Mais plus intéressant encore, l’entreprise publie le pourcentage de nouveaux utilisateurs qui s’inscrivent pour récupérer le jeu gratuit ainsi que le coût d’acquisition par utilisateur (UA cost), c’est-à-dire combien lui a coûté chaque nouvel inscrit. Un coût qui va de 0,47$ à 12$ pour le jeu Celeste.

Un coût pas si élevé que ça au regard des stratégies classiques – mailing, papier, télédémarchage, etc. – et qui surtout semble indolore pour l’entreprise. Avec 730 millions de dollars de bénéfices avant impôts en 2019, ces un peu plus de 11 millions de dollars de promo (les chiffres ne couvrent pas le dernier trimestre 2019) ne doivent pas faire bien mal à Epic.

A découvrir aussi en vidéo :

A découvrir aussi en vidéo :

Il reste aux professionnels du secteur, développeurs et éditeurs, à se prononcer sur la nature de ses chiffres et d’évaluer si les deals leur sont favorables. Car si les chiffres semblent faibles en valeur absolue – jusqu’à seulement 2 cents récolté par licence « vendue » – ces gains semblent souvent être de l’ordre du bonus puisqu’il s’agit souvent d’anciens titres.

Sources : GameDiscoverCo via Chloe Woitier (Twitter)

Source: 01net

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :