Technologies

Des villes canadiennes ont songé à la géolocalisation pour pister la COVID-19

 

Les villes de Toronto et d’Ottawa, elles, ont déjà exploré cette possibilité pour faire respecter les directives de distanciation sociale.

Ce genre de mesure soulève d’épineuses questions éthiques, même si elles se sont avérées efficaces ailleurs dans le monde.

Lundi soir, lors d’une vidéoconférence organisée par l’organisme TechTO, le maire de Toronto John Tory a indiqué vouloir obtenir des données agrégées et anonymes afin de tracer les points de rassemblement de résidents.

Selon son porte-parole Don Peat, le maire Tory évoquait l’idée en réaction aux importants rassemblements signalés à Toronto au cours du week-end. Sa suggestion a été transmise aux fonctionnaires de la Ville qui l’ont toutefois écartée.

La Dre Vera Etches, médecin chef de Santé publique Ottawa.

La Dre Vera Etches, médecin chef de Santé publique Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

À Ottawa, la médecin chef Vera Etches a dit considérer lundi l’utilisation de données agrégées en provenance de sources électroniques, y compris les appareils mobiles. La Dre Etches a tempéré son discours mardi, disant que l’option n’était pas dans les plans à court terme.

Nous étudions toutes nos options. [La géolocalisation] serait explorée de manière transparente et seulement si nous avons des preuves de son efficacité.

Dre Vera Etches, médecin chef de Santé publique Ottawa

Telus, Bell et Rogers ont indiqué mardi par courriel n’avoir reçu aucune demande pour partager les données de géolocalisation de leurs clients. Bell s’est dite prête à envisager cette possibilité si cela pouvait contribuer à la lutte contre la COVID-19, en respect des lois sur la vie privée.

La porte-parole de la Ville de Vancouver, Kisten Langan, a indiqué mardi que la géolocalisation n’était pas envisagée pour l’instant, mais a précisé que la Municipalité étudiait toutes ses options dans un contexte de crise sanitaire.

Après vérification auprès du Service de police de la Ville de Montréal, qui est l’instance municipale chargée de faire respecter sur notre territoire la mesure du gouvernement provincial qui interdit les rassemblements, celui-ci n’utilise aucunement cette méthode dans le cadre de la COVID-19 et il n’a pas l’intention de le faire, a répondu pour sa part la porte-parole de la Ville de Montréal Anik de Repentigny.

Toutes les options étudiées, dit Justin Trudeau

En point de presse mardi, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué que la géolocalisation n’est pas une option que nous examinons en ce moment, mais toutes les options sont sur la table pour assurer la sécurité des Canadiens en ces temps exceptionnels.

Il existe de nombreuses approches innovantes pour lutter contre la COVID-19, et elles devraient toutes être examinées dans le respect de la vie privée, de l’éthique et de toutes ces considérations. Notre priorité demeure toutefois la distanciation sociale.

Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Le Canada n’emboîte donc pas le pas, pour l’instant, à de nombreux pays touchés par la crise.

Les États-Unis ont déjà fait appel aux géants du web pour avoir accès à des données anonymisées. De son côté, Israël a adopté mercredi dernier une loi d’urgence afin d’alerter directement les personnes ayant été en contact avec une personne contaminée.

En Europe, les géants des télécommunications partagent leurs données depuis plus d’une semaine avec les autorités sanitaires italiennes, allemandes et autrichiennes, notamment. Selon l’agence de presse Reuters, ces données sont transmises de manière anonyme en respect des lois européennes sur la confidentialité.

L’approche européenne est moins invasive qu’en Chine ou en Corée du Sud, où les autorités tracent la localisation des individus pour faire appliquer des ordonnances de quarantaine.

Un homme prend une photo de fleurs de cerisier dans un parc du centre-ville de Vancouver, en Colombie-Britannique.

Un homme se promène dans un parc de Vancouver, le 23 mars 2020.

Photo : Ben Nelms/CBC

Vie privée

Par courriel, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a indiqué mardi que les données agrégées pourraient ne pas correspondre à la définition des renseignements personnels. Dans ce cas, l’obtention de ces données pourrait être permise dans un contexte de crise sanitaire.

Les municipalités devraient toutefois s’assurer que les données demeurent confidentielles, précise le Commissariat.

Sur Twitter, l’Association canadienne des libertés civiles s’est dite inquiète par l’idée, mais rassurée par le fait qu’aucune donnée n’avait été partagée jusqu’à maintenant par les fournisseurs de télécommunications.

Entre-temps, d’autres options technologiques sont envisagées au Canada.

La firme torontoise BlueDot, l’une des premières à avoir détecté la propagation de la COVID-19, a obtenu du financement lundi pour parfaire son modèle prévisionnel de l’évolution de la maladie, dans le cadre d’un investissement fédéral de 275 millions de dollars pour la mobilisation des sciences dans la lutte contre le coronavirus.

Source: Radio-Canada | Techno

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :