Technologies

Cellebrite : et si l’outil de la police avait perdu toute son utilité depuis son hack par le créateur de Signal ?

L’impact de la révélation de Moxie Marlinspike ne s’est pas fait attendre. La semaine dernière, le créateur de Signal avait démontré l’existence de failles critiques dans les extracteurs de données smartphone de Cellebrite. Ces failles permettraient de casser totalement l’intégrité des données extraites, et donc le fondement de certaines procédures pénales. Cet aspect des choses n’a pas échappé aux avocats qui commencent d’ores et déjà à utiliser ce nouveau fait pour mettre à mal les actes d’accusation.

Ainsi, selon Gizmodo, l’avocat Ramon Rozas, du Maryland, a décidé de s’appuyer sur la note de blog de Moxie Marlinspike pour demander un nouveau procès pour son client.
« Un nouveau procès devrait être ordonné afin que la défense puisse examiner le rapport produit par le dispositif Cellebrite à la lumière de ces nouvelles preuves, et examiner le dispositif Cellebrite lui-même », explique-t-il dans sa demande.
On verra si les juges seront réceptifs à ce type d’argument. Si oui, les enquêteurs et les procureurs vont avoir problème, car ils s’appuient de plus en plus sur cet outil technologique.

A découvrir aussi en vidéo :

Cette méfiance n’apparaît pas qu’aux États-Unis. En Israël, un militant des droits de l’homme a demandé aux autorités d’arrêter toute utilisation de Cellebrite au sein des forces de l’ordre, tant que la fiabilité de l’appareil n’est pas analysée.
Cellebrite, de son côté, tente d’éteindre le feu. Selon Vice, le fournisseur aurait déjà diffusé un patch pour minimiser la surface d’attaque des failles en question, sans pour autant publier de communiqué officiel à ce sujet.

Sources : Gizmodo, Vice

Source: 01net

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :