Technologies

Bitcoin adopté par le Salvador: les fans de crypto ravis, le marché impavide

L’adoption du bitcoin comme monnaie légale par le Salvador, une première mondiale, ravit de nombreux adeptes des cryptomonnaies, pour qui un cap historique a été franchi, même si elle n’a pas redonné d’élan au cours du bicoin récemment malmené.

Le parlement salvadorien a approuvé mercredi une loi qui devrait permettre à terme d’utiliser le bitcoin dans de nombreux aspects de la vie quotidienne, de l’achat de biens immobiliers aux contributions fiscales.

C’est la première fois que la très volatile cryptomonnaie décentralisée est reconnue comme une devise, alors qu’au contraire, de nombreux régulateurs en Europe, en Chine ou en Amérique du Nord s’arment contre ce marché qui a explosé ces derniers mois.

“Des pays plus grands et plus puissants essayent de s’opposer au mouvement inéluctable vers des monnaies sans frontières, mondiales et numériques, mais ce petit pays d’Amérique centrale a embrassé la plus grande d’entre elles”, s’enflamme Nigel Green, patron du cabinet de conseil financier deVere, dans une note.

Selon lui, il est logique que les pays comme le Salvador, qui utilisent leurs monnaies mais également le dollar comme devise officielle, soient intéressés par une alternative qui n’a pas les contraintes8QM4CG

Et en effet, le député paraguayen Carlos Rejala Helman a affirmé sur Twitter que son pays avait “une annonce” à faire sur les cryptomonnaies prochainement.

Comme le président du Salvador, il a édité sa photo de profil pour y remplacer ses yeux par des rayons laser, signe de reconnaissance des fans de bitcoin qui symbolise leur concentration sur la hausse des prix.

– Marché maussade –

“Au fur et à mesure que les usages se multiplient, surtout chez les plus jeunes et les moins riches, cela pourrait conduire sur le long terme à un adoucissement des régulations”, explique à l’AFP Charlie Erith, du gérant de cryptoactifs ByteTree.

Plus modéré que d’autres professionnels des cryptomonnaies, il parle d’un “petit pas dans la bonne direction”.

De fait, le marché des cryptomonnaies reste en petite forme. Le bitcoin évoluait mercredi en hausse de 4,2% à plus de 35.000 dollars, se reprenant après s’être approché des 30.000 dollars la veille mais avec un prix en baisse de 46% par rapport à son sommet historique atteint mi-avril, à 64.870 dollars.

Pourquoi l’annonce du Salvador n’a-t-elle pas poussé le cours à la hausse, alors que sa flambée fin 2020 et début 2021 a été portée par des annonces consécutives d’adoption par des entreprises financières de plus en plus respectables?

“Les effets d’annonce ont pu rendre les investisseurs sceptique. Comme l’a montré Elon Musk, s’ils changent d’avis, le retour de bâton peut être dur”, estime M. Erith.

Le dirigeant du constructeur automobile Tesla avait régulièrement fait l’éloge des cryptomonnaies au premier trimestre sur son compte Twitter, et son entreprise avait annoncé accepter le bitcoin comme moyen de paiement ainsi que l’investissement d’une partie de sa trésorerie dans la cryptomonnaie.

Mais le fantasque milliardaire a depuis changé de ton et oscille désormais entre soutien et critique, ce qui tend à amplifier la volatilité des prix.

-Inquiétudes sino-américaines-

Mais surtout, “il y a un risque que le Salvador devienne un ilot dans un océan mondial de scepticisme envers les cryptomonnaies”, craint Susannah Streeter, analyste financière chez Hargreaves Lansdown.

“Les transactions en cryptomonnaies ont déjà été bannies en Chine et la dernière cible de Pékin sont les réseaux sociaux, avec la suspension de plusieurs comptes dédiés aux cryptomonnaies sur le réseau Weibo”, répond-t-elle à l’AFP.

Et aux Etats-Unis, les autorités ont annoncé en début de semaine avoir réussi à saisir une partie des 4,4 millions de dollars en bitcoins payés en rançon après le piratage de Colonial Pipeline, qui avait paralysé un oléoduc crucial pour le système pétrolier américain.

“Le battage médiatique autour de cette rançon et de la saisie remet en valeur l’idée qu’un des principaux usages des cryptomonnaies est criminel”, ajoute l’analyste.

“En devenant connu comme un paradis du bitcoin, le pays, qui a déjà connu des accusations de corruption, risque d’attirer le mauvais type d’investissements venus de groupes criminels qui recherchent l’anonymat”, conclut-elle.

Source: TV5 – Technologies

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :