Société

Qui meurt de la COVID-19 au Canada?

 

Dans cette représentation en 3D, chaque particule représente un cas de COVID-19 au Canada. On y retrouve des cas actifs, des personnes rétablies et des morts.

En date du 7 juin à 15 h 30, 95 699 Canadiens ont reçu un diagnostic positif au nouveau coronavirus, mais seulement 35 % d’entre eux sont considérés encore malades. 57 % sont rétablis et 8 % en sont morts.

Avec 7848 morts, la COVID-19 est en voie de devenir la 6e cause de décès en 2020 au Canada. En cinq mois, la maladie a tué autant que la grippe, les pneumonies et les bronchites réunies en un an.

Les personnes âgées ou avec des problèmes de santé préexistants sont plus à risque d’en mourir. Les décès sont répartis ici en différents groupes d’âges : les 80 ans et plus, les 60 à 79 ans, les 40 à 59 ans et les moins de 39 ans.

Les personnes âgées de 80 ans et plus comptent pour 72 % de tous les décès au pays. Pourtant, elles ne représentent que 18 % des malades.

Plus souvent hospitalisés, les 60 à 79 ans représentent quant à eux 25 % des morts. En proportion, ils sont aussi nombreux que les 80 ans et plus à tomber malades, soit 18 %.

À l’inverse, les malades de 40 à 59 ans et ceux de 39 ans et moins représentent seulement 3 % des morts. Pourtant, ils constituent la majorité des gens infectés, avec 65 % des cas.

Les femmes, surreprésentées parmi les personnes âgées, sont plus nombreuses à être infectées et à mourir, avec 54 % des décès. Les hommes comptent pour 46 % des morts, même s’ils se retrouvent plus souvent aux soins intensifs.

Le 8 mars, un premier Canadien meurt du nouveau coronavirus. Au plus fort de la crise, le cap des 200 morts quotidiens est franchi au pays. La moitié des décès sont survenus au mois de mai.

Au Québec, le nombre de morts déclarés chaque jour commence à diminuer, alors que la tendance est à la baisse en Ontario depuis deux semaines. Dans le reste du Canada, les nouveaux décès se font plus rares.

Importante nuance à considérer : les morts ne sont pas nécessairement comptabilisés de la même manière dans chacune des provinces. Les comparaisons régionales sont donc à prendre avec précaution.

Plus de la moitié des morts se trouvent au Québec et le tiers en Ontario. Ensemble, les deux provinces comptabilisent 95 % de tous les cas mortels, bien qu’elles ne représentent que 61 % de la population.

Avec 3067 morts, Montréal concentre 62 % des décès du Québec. La métropole, à elle-seule, compte plus de morts que l’Ontario au complet. Par rapport au reste du Canada, c’est 8 fois plus.

Plus du tiers des morts en Ontario se retrouvent dans sa plus grande ville, Toronto, avec 928 décès. Mais le nombre de victimes est davantage réparti entre les villes de la province qu’au Québec.

L’hécatombe est survenue dans des établissements pour personnes âgées. Au Québec, 82 % des morts viennent des CHSLD et des RPA. En Ontario, 63 % des décès ont eu lieu dans des foyers de soins de longue durée (FSLD).

Selon les chiffres officiels, 8 % des personnes infectées au Canada meurent du virus. Mais tous les malades ne sont actuellement pas détectés. Par conséquent, le taux de létalité de la COVID-19 pourrait être plus bas au pays.

Source: Radio-Canada | Societe

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :