Science

Un météorite tombé en C.-B. contient des indices sur l’origine de la vie sur Terre

 

Le météorite du lac Tagish était riche en sodium, avec un pH élevé, un environnement idéal pour la formation d’acides aminés, selon une nouvelle étude publiée dans le journal scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences. Si notre système solaire avait des conditions semblables, cela aurait pu déclencher la vie microbienne.

Ce météorite est tombé le 18 janvier 2000 près de la frontière entre la Colombie-Britannique et le Yukon. Mesurant cinq mètres en largeur et pesant 105 tonnes, la majorité du météorite s’est désintégré en franchissant l’atmosphère de la Terre, mais quelques fragments ont été recueillis sur la surface surgelée du lac Tagish.

Un de ces fragments, qui fait désormais partie de la collection du Musée royal de l’Ontario, a été examiné par des chercheurs de ce musée de Toronto et de l’Université McMaster de Hamilton.

Les chercheurs ont utilisé la tomographie, une technique d’imagerie qui donne des clichés d’une coupe horizontale ou verticale, pour examiner le météorite au niveau des atomes.

À lire aussi :

Le météorite du lac Tagish – qui proviendrait d’un astéroïde plus large – n’a pas subi les changements géologiques de la Terre puisqu’il est tombé en l’an 2000. Cela veut dire que les traces de son histoire n’ont pas été effacées et que le roc pourrait contenir des indices de l’histoire de la Terre.

Comprendre l’origine de l’eau sur ces astéroïdes pourrait nous en dire plus sur l’origine de l’eau sur la Terre, explique Lee White, l’auteur principal de l’étude. C’est relié à l’origine de la vie : comment les acides aminés se sont formés, comment les microbes se sont formés, et, éventuellement, comment nous nous sommes formés.

C’est presque comme une capsule historique d’un rocher au tout début du système solaire il y a plus de 4,5 milliards d’années qui n’a pas changé depuis, explique Kim Tait, curatrice de minéralogie au Musée royal de l’Ontario et coauteure de l’étude. Il est complètement intact… et nous donne un morceau du casse-tête sur les événements du tout début du système solaire.

Les chercheurs anticipent également la collection de matériel de l’astéroïde Bennu qui est présentement dans l’orbite de l’engin spatial OSIRIS-REx. Des échantillons de ce dernier doivent être recueillis en août et ramenés sur Terre en 2023.

Avec des informations de Nicole Mortillaro

Source: Radio-Canada | Science

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :