Science

Le respirateur artificiel, ce sauveur de vies

 

Toutes les personnes atteintes de la COVID-19 n’ont pas besoin d’un respirateur artificiel, puisque dans environ 80 % des cas la maladie disparaît sans traitement particulier.

Toutefois, dans 20 % des cas, des complications peuvent nécessiter une hospitalisation, et la pneumonie et le syndrome respiratoire aigu sévère en sont souvent la cause.

Le recours au respirateur artificiel est donc nécessaire chez les personnes dont la respiration naturelle est insuffisante pour les maintenir en vie. Particulièrement celles qui sont frappées par la fameuse tempête inflammatoire qui accompagne parfois la maladie.

Un homme hospitalisé.

Le respirateur artificiel est essentiel dans le traitement des personnes les plus durement frappées par la COVID-19.

Photo : iStock

C’est pour permettre de traiter adéquatement ces personnes que les autorités sanitaires insistent sur l’importance de la distanciation sociale et, ultimement, d’aplatir la courbe.

Maintenir le nombre de patients qui se rendent dans les hôpitaux sous un certain seuil permet non seulement d’avoir assez d’infirmières et de médecins lorsqu’ils s’y présentent, mais aussi de matériel médical, comme les masques et les respirateurs, pour les soigner.

Aider la respiration

De façon mécanique, le respirateur transporte l’oxygène dans les poumons et élimine le gaz carbonique du corps.

Son utilisation aide à la guérison du patient, puisque l’organisme peut se concentrer sur sa lutte contre l’infection lorsqu’il n’a plus à consacrer autant d’énergie à une respiration devenue difficile à effectuer naturellement.

Comment fonctionne-t-il?

Le respirateur a recours à la pression pour souffler de l’air dans les poumons.

L’air est envoyé dans les voies respiratoires au moyen d’un tube dont l’une des extrémités est insérée dans la trachée du patient et l’autre est fixée au ventilateur.

Selon l’état du patient, il peut être possible d’utiliser un masque respiratoire au lieu des tubes respiratoires.

La quantité d’oxygène que le patient reçoit est contrôlée par un moniteur connecté au respirateur.

Un respirateur ne provoque habituellement pas de douleur, mais il cause un certain inconfort. La personne qui est intubée ne peut ni parler ni manger.

Si elle est intubée pour une courte période, elle reçoit les nutriments dont elle a besoin par voie intraveineuse. Si elle est intubée pour une longue période, elle devra recevoir la nourriture par une sonde naso-gastrique.

Source: Radio-Canada | Science

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :