Santé

Suicide assisté: Alain Cocq dénonce un “manque de courage” des politiques

Militant de la fin de vie digne, Alain Cocq, 58 ans, est décédé mardi en Suisse dans un suicide assisté, geste ultime mettant fin à des décennies de souffrance qu’il a accompagné d’un dernier message fustigeant “le manque de courage” de la classe politique.

“Je tiens à vous informer, par la présente, de mon décès dans la dignité, dans le cadre d’une procédure de suicide assisté en Suisse (mort naturelle)”, écrit M. Cocq dans une lettre ouverte adressée au président de la République, au goupernement et aux parlementaires et diffusée par ses soutiens.

Alain Cocq a été diagnostiqué à 23 ans porteur d’une maladie aussi incurable que douloureuse qui l’a conduit à vivre pendant 35 ans “en soins palliatifs”, selon ses termes.

Clamant son droit à ne plus souffrir, le Dijonnais avait tenté à deux reprises courant 2020 de se laisser mourir, en faisant la grève des soins et de la faim, mais il avait dû renoncer face à des douleurs insoutenables.

Il avait alors annoncé son intention de se rendre en Suisse où le suicide assisté est légal. Une association, dont il avait tu le nom, lui avait offert de financer les “8.000 à 10.000 euros” nécessaires.

“C’est chose faite et c’est une très bonne chose qu’il soit parti comme il le souhaitait”, a déclaré à l’AFP François Lambert, un de ses proches qui est aussi avocat et neveu de Vincent Lambert, autre cause célèbre des partisans de l’euthanasie.

“Il est mort avec grande sérénité. Cela a été extrêmement rapide”, a témoigné Jean Luc Romero, président de l’Association au droit à mourir dans la dignité (ADMD), qui a assisté aux derniers instants de M. Cocq.

“Il était très déterminé. Il a ouvert le robinet de la perfusion, il a fait une blague et s’est endormi”, a-t-il déclaré à l’AFP, de retour dans le train de Berne où M. Cocq s’est donné la mort.

– “Il n’avait pas le choix” –

“Ce que la France a refusé, il a réussi à l’avoir en Suisse. Il ne voulait pas mais il n’avait pas le choix”, a déploré M. Romero, estimant “insupportable de voir que le gouvernement n’a donné aucune réponse aux souffrances” d’Alain Cocq.

Dans sa “lettre d’outre-tombe”, M. Cocq prend à partie le président de la République Emmanuel Macron qui avait refusé en août de donner l’autorisation au corps médical de lui prescrire, à titre compassionnel, du pentobarbital, un barbiturique puissant qui lui aurait permis de “partir en paix”.

Le malade y dénonce ensuite le “manque de courage politique” du gouvernement, accusé d’avoir refusé “de mettre à l’ordre du jour un projet de loi sur la fin de vie dans la dignité, que ce soit par le suicide assisté lorsque la personne est consciente ou par euthanasie lorsque la personne n’est plus en capacité de s’exprimer”.

Malgré un large appui, une proposition de loi ouvrant un droit à “une fin de vie libre et choisie” n’avait pu être adoptée en avril face à des milliers d’amendements déposés par des élus LR.

Malgré ses souffrances, Alain Cocq ne pouvait bénéficier de la loi en vigueur, dite Claeys-Leonetti, adoptée en 2016: cette dernière autorise “la sédation profonde et continue, pouvant aller jusqu’à la mort” mais uniquement pour des personnes dont le pronostic vital est engagé “à court terme”.

M. Cocq interpelle également les candidats à l’élection présidentielle 2022 et leur demande s’ils sont “prêts à soutenir un projet de loi relatif à la fin de vie dans la dignité dans lequel serait défini tant le suicide assisté que l’euthanasie”.

“Quant à moi, d’où je serai, je ne manquerai pas de vous observer tous”, lance M. Cocq, très politique jusqu’à ses derniers instants.

Source: TV5 – santé

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :