Santé

Moins de soins que s’ils étaient sur le trottoir

«Ma mère aurait pu être laissée sur le trottoir et je crois qu’elle aurait eu plus de soins des passants de la rue que dans le CHSLD», déplore Véronique Bossé, dont la mère est décédée à la résidence Herron le 7 avril.

• À lire aussi: Celui à la tête du CHSLD est encore dans l’eau chaude

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 11 AVRIL] Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: 31 morts au CHSLD Herron: De la «grosse négligence»

• À lire aussi: CHSLD Herron: deux rapports dans les dernières années

Plaies de lit, soins d’hygiène bâclés, communication difficile. Des proches de résidents avaient observé des lacunes dans les services prodigués au CHSLD Herron bien avant que la pandémie n’y fasse son entrée.

Quelques jours avant le décès de sa mère Viviane Blanchard, Mme Bossé aurait reçu un appel d’une infirmière lui disant qu’elle était inconsciente et que son état se dégradait rapidement.

«Je n’ai pas pu lui parler une dernière fois […] Elle se détériorait et son niveau d’oxygénation diminuait. Quand j’ai appelé le lendemain, l’infirmière m’a dit qu’elle ne connaissait pas ma mère et qu’elle ne l’avait pas vue», soutient-elle.

Infirmière de profession, Mme Bossé s’est dite sous le choc en apprenant les conditions d’insalubrité dans lesquelles sa mère, Viviane Blanchard, a passé les derniers instants de sa vie, surtout qu’elle a elle-même travaillé à la Résidence Herron à titre de directrice jusqu’en janvier.

Elle affirme toutefois avoir donné sa démission puisque la façon de fonctionner allait à l’encontre de ses valeurs.

Manque de personnel

«Ils ne prenaient pas ses plaintes au sérieux. [Mon père] a fini avec une pneumonie en janvier après s’être étouffé dans son vomi», témoigne Judie Wheeland, dont les deux parents ont résidé au centre Herron.

Elle était d’ailleurs en train de chercher à les transférer dans un autre centre quand la décision de tout fermer est tombée, raconte-t-elle.

Dès décembre, Mme Wheeland a remarqué que le centre Herron manquait de personnel.

«Nous devions nous battre avec eux pour que mon père soit retourné toutes les deux heures.»

Résultat de cette «négligence» : l’homme de 85 ans avait des plaies de lit qui refusaient de guérir, explique-t-elle.

Ken Wheeland est décédé il y a une semaine des complications liées à la COVID-19 après avoir été transféré dans un autre établissement de l’ouest de Montréal.

Sa mère est quant à elle à l’Hôpital général du Lakeshore.

Toujours insister

«C’est un immense choc», dit Frédérick Girard, qui ignorait à quel point l’état des choses avait dégénéré dans cette résidence.

Son père Hermann Girard y est décédé à l’âge de 80 ans, le 5 avril, des complications liées au coronavirus. La famille avait alors choisi de le laisser mener son combat au centre Herron plutôt que de risquer un transport vers l’hôpital.

Parfois, il visitait son père et sa couche n’avait pas été changée. Ou encore, sa barbe n’avait pas été rasée depuis trois jours. La pièce sentait parfois l’urine, dit-il.

«Il fallait toujours mettre la pression [sur le personnel], renforcer le message», dit-il.

– Avec Hugo Duchaine

Ce qu’ils ont dit

«J’appelais, j’appelais et je laissais des messages, mais personne ne répondait ou ne rappelait.»

– Manuela Medeiros, belle-fille d’une résidente décédée le 8 avril

«Je ressens surtout de la frustration […] Il y a deux jours, l’infirmière m’a appelée, me disant que [ma mère] allait bien, qu’elle prenait un café dans la salle commune. Les patients atteints de démence sortent toujours de leur chambre.»

– Fille d’une résidente, anonyme

«C’est déplorable, il n’y a pas de mots pour exprimer comment c’est tragique.»

– Craig Giroux, un manifestant qui tenait une affiche arborant le mot «honte» devant le CHSLD

«La [médecin] refusait que ma mère soit testée [pour la COVID-19]. Elle avait de la toux, de la difficulté à respirer et de la fièvre.»

– Judie Wheeland, fille de Connie et Ken Wheeland

Des propriétés de chowieri

Le Manoir Pierrefonds appartient aussi à l’homme d’affaires Samir Chowieri.

Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Le Manoir Pierrefonds appartient aussi à l’homme d’affaires Samir Chowieri.

Résidences pour aînés appartenant aux entreprises de Samir Chowieri

Sorel-Tracy

  • Le Marquis de Tracy I
  • Le Marquis de Tracy II

Granby

  • Le Riverain

Gatineau

  • Village Riviera

Aylmer

  • Le District

Montréal

  • Manoir Pierrefonds
  • CHSLD Herron

Hull

  • La Résidence, Le Pavillon et Le Château de l’Île.

Logements ou terrains de location appartenant aux entreprises de Samir Chowieri

Sept-Îles

  • Joie de Vivre

Montréal

  • Le Chambord

Ottawa

  • Résidence universitaire THÉO

Gatineau

  • Parc de maisons mobiles Riviera

– Jérémy Bernier

Source : journal de montreal – Santé

1 Comment

Click here to post a comment

  • Il y a un choix de société à faire Nous ne devrions jamais confier nos ainés à des entreprises privées. La décision de certains gestionnaires est souvent vite faite , entre le confort et la sécurité d` une personne le profit et le gain immédiat. J`ai trop souvent vu dans ma carrière ( directeur de comptes commerciaux ) des rapaces s`emplir les poches et laisser crever des ainés. D`ailleurs j`ai presque toujours refuser de financer des résidences pour ainés .
    J`espère que la crise actuelle , nous servira collectivement de RÉFLEXION . N`oubliez jamais qu`un jour vous airez 80 ans et plus.

%d blogueueurs aiment cette page :