Santé

En Suisse, les salles de fitness ont rouvert, avec des mesures sanitaires conséquentes face au coronavirus

Des Suisses s’entraînant sur des tapis de course dans une salle de fitness, à Lausanne, en Suisse, le 11 mai 2020. (LAURENT GILLIERON / MAXPPP)

Une réouverture, mais sous conditions sanitaires strictes. Dans le spacieux club Activ Fitness du centre de Genève, de 1 200 m2 en sous-sol répartis sur trois niveaux, plus question de circuler comme avant : tous les clients doivent suivre un parcours fléché à sens unique pour se rendre dans les différents espaces sans se croiser. Le gel hydroalcoolique est partout pour lutter contre le coronavirus.

>> Retrouvez les dernières informations sur l’épidémie de Covid-19 dans notre direct

Mike, le gérant du centre, a dû s’adapter. Dans le parc cardio, où l’on trouve les tapis de course, cross trainers et vélos, certaines machines ont du être déplacées, d’autres condamnées “une sur deux de façon à ce qu’on ait les deux mètres de distance entre chaque client”. Dans l’espace musculation, “on demande également aux clients de désinfecter, nettoyer la machine avant et après utilisation”, explique Mike. “On est obligés aussi, au sol, de délimiter des emplacements. Typiquement, sur cette zone, on a six personnes maximum. Si plus de personnes veulent s’entraîner, il faut attendre.”

Même chose à l’entrée : s’il y a trop de monde, les abonnés sont priés d’attendre que quelqu’un parte. Dans les vestiaires, des douches ont même été condamnées pour éviter la proximité entre les clients. Quant aux cours collectifs, ils devraient reprendre la semaine prochaine, mais là aussi, en mode réduit : pas plus de 10 personnes en même temps. Avec interdiction de sortir de son périmètre réservé marqué au sol avec du gros ruban adfhésif jaune.

En Suisse, si les sports individuels et collectifs sont à nouveau permis, il y a des conditions : pas plus de cinq personnes, pas de contact physique, et un strict respect des règles d’hygiène et de distanciation. C’est effectivement plus facile quand on est en extérieur que dans un club de sport comme celui-ci, mais ça ne semble absolument pas rebuter les clients : ce serait même l’inverse. “Je prends le train tous les jours pour aller au travail, il y a bien plus de monde au mètre carré, affirme cet homme. Venir dans une salle de sport, si les gens respectent les mesures sanitaires, il n’y a strictement aucun problème je trouve.” Cette autre cliente est venue pour la première fois depuis la reprise : “C’est assez différent, parce qu’il y a moins de monde, et puis enfin, ils mettent du produit désinfectant parce qu’avant c’était de l’eau donc… Et puis bon, à un moment donné, il faut ressortir et reprendre ses activités !”

Vu le nombre de gens qu’il y a dans le fitness, c’est très bien ! Tout est disponible, et puis on ne se marche pas dessus !

Un client

à franceinfo

Si les clients ne sont pas effrayés, c’est parce qu’ils ne sont pas nombreux, une dizaine à peine. En temps normal, 120 personnes s’entraînent en même temps. Même chose dans d’autres salles de sport, où la plupart des abonnés ne sont pas revenus, soit parce qu’ils télétravaillent et ne viennent plus pendant leur pause, parce qu’ils gardent leurs enfants, ou tout simplement parce qu’ils craignent encore ce genre d’activité. Un manque à gagner important pour les salles de sport, surtout qu’elles ont du investir pour pouvoir adapter les structures. “C’est vrai qu’on engendre des frais supplémentaires, explique Mike, que ça soit en produit désinfectant… Ca parait tout bête, mais quand vous avez beaucoup de passage, il faut en acheter en conséquence, c’est un budget. Le ruban adhésif, c’est pareil, on en est au 15e, 20e rouleau, ça parait bête mais ça reste un investissement supplémentaire etc.. Tout mis bout à bout, c’est sûr que le chiffre commence à compter.”

Et le club réfléchit aussi à mettre du plexiglas entre chaque appareil pour éviter les projections. Certaines salles en ont déjà commandé il y a plusieurs semaines, mais elles n’ont toujours rien reçu. Le plexiglas est en rupture de stock dans de nombreux magasins ici en Suisse.

Source: Franceinfo – Santé

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :