Santé

Délestage : son opération au cœur reportée une 5e fois

Un sexagénaire en attente d’une opération au cœur depuis plus de six mois a vu son intervention chirurgicale être reportée une cinquième fois la semaine dernière vu le manque de lits aux soins intensifs en raison du délestage provoqué par la pandémie de COVID-19.

Réjean Trudel a le moral dans les talons. Le Gatinois de 69 ans devait se faire changer l’aorte du cœur et débloquer les artères poussant le sang aux jambes en juillet dernier. La pandémie de COVID-19 a toutefois forcé l’annulation de son intervention chirurgicale pas moins de cinq fois depuis cette date.

«Sa qualité de vie s’est beaucoup détériorée. Il a de la difficulté à respirer et à marcher, si bien qu’il faut l’aider à monter les escaliers pour aller au lit. Il tombe souvent et il s’est même “ouvert le front” à quelques reprises», de relater sa fille, Mylène Chalut.

Pas de réponses

Réjean Trudel était pourtant persuadé que la date du 7 janvier serait la bonne. Il avait passé de nouveau tous les tests préopératoires, puis, la veille du Jour J, un nouvel appel pour annuler le rendez-vous.

«Je ne sais plus quoi en penser. Je suis très inquiète. La situation est urgente, ça m’apparaît évident que ça presse!» de s’exclamer la fille du sexagénaire, précisant que son père a déjà eu un pontage et une opération à cœur ouvert par le passé.

Elle déplore surtout le fait que sa famille soit plongée dans le noir par les autorités médicales régionales. Aucune nouvelle date n’a été fixée pour l’intervention chirurgicale.

«Je n’en ai aucune idée, je n’ai pas de réponses, c’est inacceptable!», a affirmé Mylène Chalut.

Elle se questionne aussi sur le fait que seule la moitié des lits de l’unité COVID de l’hôpital de Hull soient en ce moment occupés et que l’on se dise prêts à accueillir des patients de régions autres que l’Outaouais.

Plusieurs lits en soins intensifs sont disponibles

Seuls sept lits en soins intensifs sur dix sont occupés en ce moment dans les hôpitaux du Québec, bien que certains établissements ou régions soient au maximum de leur capacité.

La moyenne provinciale du taux d’occupation de lits dressés pour les soins intensifs se chiffrait à 70,4 % mercredi en fin d’après-midi, selon les chiffres du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Si certaines régions métropolitaines ou périphériques affichaient complet en ce sens, dont à Laval et dans Lanaudière, la situation est bien différente dans d’autres secteurs, comme dans les Laurentides (50 %) et en Mauricie (54,4 %).

En fait, seuls sept établissements hospitaliers dans tout le Québec n’avaient plus aucune place mercredi dans leur unité de soins intensifs, soit l’Hôpital Royal Victoria de Montréal, l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval, l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital Pierre-Le Gardeur de Terrebonne, l’Hôpital Laurentien de Sainte-Agathe-des-Monts ainsi que les hôpitaux de Val-d’Or et de La Malbaie.

Délestage

La COVID-19 vient toutefois hypothéquer grandement les ressources humaines et matérielles des soins intensifs aux urgences, alors que l’on dénombrait 1523 hospitalisations relatives au virus à la même date à travers le Québec, dont 230 étaient jugées critiques.

Selon les plus récentes statistiques, on estime qu’environ 140 000 personnes ont été victimes du délestage provincial jusqu’à maintenant.

Taux d’occupation des lits dressés pour les soins intensifs mercredi:

  • Bas-Saint-Laurent 34,3 %
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean 58,7 %
  • Capitale-Nationale 74,1 %
  • Mauricie/Centre-du-Québec 54,4 %
  • Estrie 73,8 %
  • Montréal 72,4 %
  • Outaouais 67,6 %
  • Abitibi-Témiscamingue 62,5 %
  • Côte-Nord 37,5 %
  • Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine 42,1 %
  • Chaudières-Appalaches 67,4 %
  • Laval 100,0 %
  • Lanaudière 98,0 %
  • Laurentides 50,0 %
  • Montérégie 78,2 %

Source: Ministère de la Santé et des Services sociaux

Source : journal de montreal – Santé

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :