International

Tensions entre la Grèce et la Turquie : Erdogan à la recherche de sa ligne rouge en Méditerranée

Jeudi 13 août, deux Rafale, le porte-hélicoptères Tonnerre et la frégate La Fayette, ont participé à un exercice commun avec la marine grecque au large de l’île de Kastellorizo. Situé dans les eaux territoriales grecques, l’endroit est devenu une zone à risque depuis que le navire turc de recherche sismique Oruç Reis, escorté par des bâtiments militaires, y effectue des prospections, au grand dam d’Athènes, qui a placé sa marine et son armée en état d’alerte.

Lire aussi Tensions entre la Grèce et la Turquie : la France envoie deux Rafale et deux bâtiments de la marine nationale

Mue par « sa volonté de faire respecter le droit international », la France s’est portée au secours de la Grèce. Une décision appréciée par les médias grecs, le quotidien conservateur I Kathimerini saluant, à sa « une » de jeudi, le « message de fermeté de la France à Ankara ». Jugeant « préoccupante » la situation en Méditerranée orientale, le président Emmanuel Macron a décidé, « en coopération avec les partenaires européens », de renforcer temporairement la présence militaire française dans la zone.

Réserves d’hydrocarbures

L’exercice naval franco-grec vise à soutenir la Grèce et Chypre, confrontés à l’agressivité croissante du voisin turc. Athènes et Ankara se disputent la souveraineté de plusieurs secteurs de la Méditerranée dans lesquels pourraient se trouver des réserves d’hydrocarbures.

Les deux parties divergent depuis longtemps sur l’étendue de leurs plateaux continentaux en mer. Mais depuis qu’en janvier la Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord pour la construction d’un gazoduc de 1 900 km – baptisé « EastMed » – pour transporter le gaz naturel de la Méditerranée orientale vers l’Europe, la Turquie, qui a signé un accord contesté de délimitation maritime fin 2019 avec la Libye, a redoublé d’agressivité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Regain de tensions entre la Grèce et la Turquie en Méditerranée orientale

Son isolement dans la région est flagrant. Voilà des années qu’il n’y a pas d’ambassadeur turc en Egypte, ni en Israël. Avec la Grèce, les relations sont particulièrement orageuses. Avec l’Irak, le torchon brûle depuis qu’un drone turc a tué, mardi, deux hauts gradés irakiens en mission au nord du pays.

Médiation d’Angela Merkel

En Méditerranée, un accident avec la Grèce avait déjà été évité de peu à la mi-juillet au large de Kastellorizo, à 570 kilomètres du continent grec et à 2 kilomètres seulement de la côte turque. L’envoi par la Turquie de son navire Oruç Reis, escorté par 18 bâtiments militaires, avait fortement inquiété Athènes. Le calme était revenu grâce à la médiation de la chancelière allemande, Angela Merkel, dont le pays assure en ce moment la présidence tournante de l’Union européenne (UE).

Il vous reste 66.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :