International

La « politique de générosité » intéressée de la Chine et de la Russie en Italie

Des médecins de la Croix-Rouge chinoise à leur arrivée à Rome, le 13 mars. Alfredo Falcone / AP

C’est de bonne guerre, serait-on tenté de dire. L’aide apportée par plusieurs pays à l’Etat italien, l’un des plus meurtris par la pandémie de Covid-19, a été abondamment relayée en images, tels ces 52 médecins et infirmiers cubains dépêchés par La Havane, filmés à peine débarqués, le 22 mars, avec drapeaux dans une main et portrait géant de Fidel Castro dans l’autre. « Nous devons accomplir notre mission révolutionnaire », a même affirmé l’un d’eux, cité par Radio France internationale, quand bien même l’île caribéenne manque de moyens matériels. Pour d’autres, comme la Chine et la Russie, la solidarité a pris des allures de propagande, au point que le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell, s’en est ému.

Evoquant « non une guerre mais des batailles à mener », sanitaire et économique, contre le coronavirus, le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la sécurité en a ajouté une nouvelle, lundi 23 janvier, sur le front des informations. « Nous devons être conscients qu’il existe une composante géopolitique, y compris une lutte pour l’influence et la politique de générosité, a-t-il affirmé. Armés de faits, nous devons défendre l’Europe contre ses détracteurs. »

Lire aussi Coronavirus : suivez la propagation de la pandémie en France et dans le monde

Le même jour, la Chine mettait en scène l’envoi de 100 000 masques et 50 000 tests de dépistage à destination de l’Italie, renvoyés après un désastreux épisode de détournement d’une première cargaison en République tchèque. « Huit millions de masques FFP2-3 et 6 millions de masques chirurgicaux arriveront chaque semaine de Chine à partir du 29 mars », s’est félicité, le lendemain, Domenico Arcuri, le haut-commissaire italien délégué au coronavirus, lors d’une conférence de presse à Rome.

Les « routes de la soie » de la santé

Dès le 12 mars, le premier envoi en Italie de médecins et d’infirmiers du Sichuan, vêtus de blousons rouges et portant un panda en peluche à la main, faisait la « une » des journaux en Chine. Depuis, quasiment chaque jour, Le Quotidien du peuple, journal officiel du Parti communiste chinois, rend compte des coups de téléphone passés entre Xi Jinping et des chefs d’Etat étrangers, notamment européens, en accompagnement d’envoi de matériel ou d’équipes médicales. Le dirigeant chinois a ainsi évoqué, lors d’une conversation avec le premier ministre italien, Giuseppe Conte, le 16 mars, un nouveau concept de son pharaonique projet d’investissements baptisé les « routes de la soie », en lui adjoignant une épithète : les « routes de la soie de la santé ».

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :