International

En Algérie, le régime traque ses opposants sur Facebook

Des policiers tentent de disperser une manifestation antirégime à Alger, le 14 mars 2020. RYAD KRAMDI / AFP

La justice algérienne a condamné depuis mardi 19 mai quinze opposants à des peines de prison ferme, dont trois pour leurs publications sur les réseaux sociaux, dans le collimateur d’un régime cherchant à exploiter la crise du nouveau coronavirus pour étouffer le soulèvement populaire.

« L’activiste Soheib Debaghi a été condamné [mardi] à un an de prison ferme » à Alger pour « incitation à attroupement, outrage à corps constitué et publications Facebook pouvant porter atteinte à l’intérêt national », selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien aux prisonniers.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Algérie, le site parodique « El Manchar » s’arrête sur fond de « répression des libertés »

Deux autres militants du mouvement Hirak antirégime, Larbi Tahar et Boussif Mohamed Boudiaf, ont écopé mardi de 18 mois de prison ferme, également pour des publications sur Facebook, d’après le CNLD et l’antenne algérienne d’Amnesty International. Leur peine a été prononcée par un tribunal de la wilaya (préfecture) d’El Bayadh, au sud-ouest d’Alger, lors d’une audience par visioconférence, avec trois ans de prison ferme requis par le procureur, selon le CNLD.

« Président illégitime »

Selon son avocat MAbdelghani Badi, Larbi Tahar était accusé d’« outrage au président de la République » pour des messages publics dans lesquels il qualifiait Abdelmadjid Tebboune de « président illégitime ». M. Tebboune a été élu le 12 décembre 2019 lors d’un scrutin rejeté par le Hirak et marqué par un taux d’abstention de 60 %.

Quant à M. Boudiaf, il a dénoncé « l’injustice » du système judiciaire à travers ses publications, a précisé sur Facebook l’avocat, qui le représente également. Ces trois militants sont déjà en détention.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : en Algérie, l’épidémie sert la répression

La justice a également eu la main lourde mercredi à Chlef (ouest du pays) en condamnant douze autres militants du Hirak à des peines allant de 6 à 18 mois de prison ferme, a annoncé le CNLD. Ils étaient poursuivis pour « atteinte à l’intégrité et l’unité nationale » et « incitation à attroupement non armé », c’est-à-dire d’avoir appelé à manifester.

Par ailleurs, le parquet d’Aïn Temouchent (ouest) a requis mercredi 9 ans de prison ferme contre un autre détenu hirakiste, Hicham Sahraoui, accusé notamment « d’outrage à corps constitué et d’atteinte à la personne du président de la République ».

La carotte et le bâton

Malgré la pandémie de Covid-19 qui a contraint la contestation à suspendre ses manifestations depuis mi-mars, le régime algérien – maniant la carotte et le bâton – continue de cibler opposants, journalistes, médias indépendants et internautes. Pendant que des activistes du Hirak sont relâchés au compte-gouttes, comme Abdelouahab Fersaoui, un chef de file du mouvement libéré lundi après huit mois derrière les barreaux, d’autres sont interpellés et traduits en justice dans tout le pays.

Selon le dernier décompte du CNLD, quelque soixante personnes sont actuellement en détention dans les prisons algériennes pour des faits liés au Hirak. « Il s’agit d’une répression à l’aveugle, un coup les journalistes, un coup les médias, un coup les militants, un coup les réseaux sociaux », observe Karima Direche, historienne spécialiste du Maghreb, évoquant la « politique de balancier » d’un « régime en fin de vie ».

Lire aussi En Algérie, un projet de Constitution loin du rêve du Hirak

Depuis le début du soulèvement populaire le 22 février 2019, des internautes isolés, en particulier en province, sont régulièrement poursuivis pour leurs publications sur les réseaux sociaux. Un jeune partisan du Hirak, Walid Kechida, est en détention depuis le 27 avril à Sétif (nord-est), pour avoir publié des mèmes, images virales comiques ou satiriques détournées sur les réseaux sociaux, moquant les autorités et la religion. Le militant de 25 ans est accusé d’« outrage à corps constitué », d’« offense au président de la République » et « aux préceptes de l’islam ». Il risque jusqu’à cinq ans de prison.

Selon les analystes interrogés par l’AFP, le pouvoir algérien profite de la crise sanitaire pour enterrer une bonne fois pour toutes le Hirak, né début 2019. « La pandémie du Covid-19 est une aubaine pour le pouvoir », estime Hacène Hirèche, professeur d’université. « Sa préoccupation obsessionnelle depuis le 22 février est de mettre fin aux manifestations de rue. Tout a été entrepris pour cela : répression, manipulation, tentative de division, infiltration des rangs des meneurs, etc. Mais rien n’y a fait, le peuple algérien est resté déterminé, uni et conscient des enjeux. C’est inédit », juge-t-il.

Le Hirak réclame un changement du « système » en place depuis l’indépendance du pays en 1962. En vain, jusqu’à présent, même s’il a obtenu en avril 2019 la tête du président Abdelaziz Bouteflika après vingt ans de règne.

Le Monde avec AFP

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :