International

Covid-19 : l’Allemagne teste surtout les personnes symptomatiques ou en contact avec des malades

L’Allemagne ne doit pas se voir comme un îlot à part. C’est la conviction de Christian Drosten, le virologue en chef de l’hôpital de la Charité, à Berlin, l’homme qui a mis au point, en janvier, le premier test de dépistage du Covid-19. « Si nous regardons les courbes, nous sommes derrière l’Espagne, la France ou l’Angleterre. Mais cela ne doit pas nous faire croire que les choses vont évoluer, chez nous, de façon très différente », a déclaré le professeur de médecine le plus écouté d’Allemagne, jeudi 17 septembre, à l’agence de presse DPA.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles l’Allemagne a jusqu’à présent été relativement épargnée par l’épidémie (9 368 morts, selon le dernier bilan de l’Institut de santé Robert Koch, publié mercredi), M. Drosten avance quelques explications. « Il y a quelques petites choses qui nous distinguent de l’Europe du Sud. Nos foyers sont souvent moins nombreux. Nous avons plus de gens qui vivent seuls. Ce sont à coup sûr des petites singularités. Mais cela ne fait pas pour autant de l’Allemagne un pays totalement différent de ses voisins européens. C’est pourquoi nous devons continuer à être très prudents. »

Comparée, par exemple, à celle de la France, la situation actuelle de l’Allemagne n’en reste pas moins beaucoup moins critique à ce stade. Vendredi matin, l’Institut Robert Koch enregistrait 1 916 nouveaux cas en 24 heures, soit cinq fois moins que les 10 593 annoncés jeudi soir par Santé publique France. Dans les deux pays, le nombre de tests est pourtant à peu près le même, autour d’un million par semaine actuellement. Mais le taux de positivité n’a rien à voir : dans la semaine du 31 août au 6 septembre, 1 005 557 personnes ont été testées en France, parmi lesquelles 42 673 ont été détectées positives. Sur la même période, 1 051 125 tests ont été effectués en Allemagne, mais seulement 7 754 se sont révélés positifs. Lors de cette même semaine, 122 personnes sont mortes du Covid-19 en France, 29 en Allemagne.

« Nous avons de la marge »

Malgré ces bons chiffres, l’Allemagne aborde l’automne avec une certaine inquiétude. La principale concerne ses capacités en matière de dépistage. Pour l’heure, elle parvient à faire face. C’est notamment le cas à Berlin. « Actuellement, nous testons environ 60 personnes par jour, et nous arrivons à donner aux gens le résultat de leur test en moins de 24 heures. Au maximum, nous pourrions faire 200 tests par jour. Nous avons donc de la marge », explique ainsi Patrick Larscheid, chef du service de santé de Reinickendorf, un arrondissement situé dans le nord de la capitale allemande, avant de préciser : « Nous ne testons que les gens qui ont des symptômes ou qui ont été en contact avec des malades. Sinon, on ne pourrait pas s’en sortir. »

Il vous reste 42.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :