International

Coronavirus : au Royaume-Uni, le seuil des 40 000 morts dépassé, doutes sur la stratégie de Boris Johnson

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, au 10 Downing Street à Londres, le 4 juin. ANDREW PARSONS / 10 DOWNING ST / REUTERS

Vendredi 5 juin, le Royaume-Uni a battu un nouveau et triste record, passant la barre des 40 000 morts du Covid-19 (testés positifs) officiellement comptabilisés dans le pays (à 40 261). En réalité, on serait plutôt à 62 000 décès, selon l’Office national des statistiques, qui tient le registre des morts en excès, la méthode considérée comme la plus pertinente par les épidémiologistes. Autre mauvaise nouvelle : le taux de transmission du virus reste encore voisin de 1 dans le pays et même supérieur à 1 au nord-ouest de l’Angleterre.

Deux jours plus tôt, le 3 juin, depuis la Chambre des communes, le premier ministre britannique, Boris Johnson, avait pourtant lancé, bravache, qu’il était « fier » de la stratégie de son gouvernement : « Nous avons réussi à protéger notre système hospitalier, le nombre des décès diminue et le bon sens du peuple britannique va continuer à lutter contre le virus. »

Les travaillistes et les indépendantistes écossais du SNP se sont immédiatement engouffrés dans la brèche, dénonçant un confinement trop tardif (le 23 mars) et un déconfinement désordonné et trop rapide. « Mais qui a été en contrôle de cette crise jusqu’à présent ? », a lancé Keir Starmer, le chef de file des travaillistes, moquant un titre maladroit du Telegraph, le journal de la droite conservatrice, qui le matin même annonçait en « une » : « Boris Johnson reprend le contrôle de la stratégie coronavirus »…

L’affaire Cummings

Plus inquiétant pour un premier ministre disposant d’une confortable majorité à la Chambre des communes (80 sièges) : les rangs conservateurs n’hésitent plus à se prononcer ouvertement contre ses choix. Surtout ces deux dernières semaines, durant lesquelles Downing Street a enchaîné les ratés.

L’affaire Cummings, d’abord, loin d’être anecdotique. Plus de quarante députés conservateurs ont protesté contre le refus de M. Johnson de sanctionner son conseiller spécial Dominic Cummings, l’architecte de sa stratégie du Brexit, alors que ce dernier a violé les règles du confinement en avril.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la stratégie du gouvernement britannique est polluée par l’affaire Cummings

Des poids lourds comme Steve Baker, un des principaux avocats du Brexit, ou Lord Michael Heseltine, une figure modérée des tories, ont réclamé la démission de M. Cummings. Penny Mordaunt, ancienne secrétaire d’Etat à la défense, toujours au gouvernement de Boris Johnson, s’est inquiétée du fait que cet épisode puisse fragiliser les « messages sanitaires essentiels » du gouvernement.

Il vous reste 61.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :