Environnement

Thomas Pesquet désigné ambassadeur de bonne volonté de la FAO

L’astronaute français Thomas Pesquet, qui s’apprête à repartir dans l’espace, a été nommé lundi ambassadeur de bonne volonté de la FAO, pour “défendre l’action contre le changement climatique et la transformation des systèmes agroalimentaires”, a annoncé cette agence de l’ONU.

“Bienvenue à bord!”, a déclaré le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, lors d’une cérémonie en ligne à laquelle assistaient – à distance – l’astronaute et le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA) Josef Aschbacher notamment.

“Alors que la faim progresse – près de 690 millions de personnes en souffrent et la pandémie de Covid-19 pourrait faire basculer jusqu’à 132 millions de personnes de plus dans cette situation (… ) -, il n’est pas envisageable de continuer sur la même voie”, a déclaré le patron de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, basée à Rome.

“Nous avons besoin de l’aide de chacun. Nous avons besoin de la science. Et nous devons agir, surtout”, a-t-il dit, lors de cet événement pré-enregistré. “Thomas Pesquet nous apporte une perspective unique, un point de vue depuis l’espace”, a ajouté Qu Dongyu.

Le rôle de Thomas Pesquet “consistera à sensibiliser le public à l’impact du changement climatique, à la lutte contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition, aux activités de la FAO destinées à transformer les systèmes agroalimentaires”, précise l’organisation.

Thomas Pesquet, 43 ans, doit rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) le 22 avril depuis la Floride, à bord d’un vaisseau de Space X, en compagnie de trois autres astronautes.

Le Français s’est dit “très fier” d’accepter cette nomination. “Je prépare actuellement ma prochaine mission et je me sens donc plus proche que jamais des activités de la FAO. Je souhaite sensibiliser à la lutte contre la faim”.

L’astronaute français avait passé près de 200 jours dans la Station spatiale européenne entre fin novembre 2016 et début juin 2017.

Avant son premier départ pour l’espace, il avait confié que sa compagne Anne travaillait à la FAO. “Elle sauve le monde. Moi je fais rêver les enfants”, avait-il dit au réalisateur Pierre-Emmanuel Le Goff qui tournait un film sur lui.

Source: TV5 – environnement

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :