Environnement

Philippines: saisie pour 2,7 millions d’euros de palourdes géantes

Les autorités philippines ont annoncé vendredi la saisie de palourdes géantes pour une valeur de 2,7 millions d'euros, des coquillages très prisés des contrebandiers depuis l'interdiction du commerce de l'ivoire.Quelque 80 tonnes de palourdes tropicales ont été découvertes dans un village situé sur l'archipel des Palawan (ouest), lors d'une des plus grandes opérations de ce type jamais organisées dans le pays, selon les autorités.Les Philippines détiennent des espèces de palourdes tropicales parmi les plus grandes du monde, mais elles sont menacées en raison de la recrudescence du braconnage.Selon des défenseurs de l'environnement, ces coquillages ont remplacé le commerce de l'ivoire, officiellement interdit. Ils servent notamment à fabriquer des bijoux, ainsi que des objets de décoration comme des lustres. Mercredi, des militaires, des garde-côtes et des responsables de la protection de l'environnement ont fait des descentes dans plusieurs maison de l'île Johnson. Ils ont déterré plus de 300 palourdes, d'une valeur d'environ 2,7 millions d'euros au marché noir.Parmi elles, des tridacnes géants ou bénitiers géants, pouvant atteindre 1,4 mètre de long, qui sont une espèce protégée car en danger d'extinction.Le chef du village va être poursuivi pour avoir supervisé ce ramassage illégal de coquillages, a déclaré Jovic Fabello, porte-parole du conseil de conservation du gouvernement de Palawan."C'est notre plus gros coup de filet jusqu'à présent", a-t-il déclaré. Le ramassage de ces quelque 80 tonnes de coquillages a nécessité entre six mois et un an, a indiqué à l'AFP une porte-parole des garde-côtes.L'archipel des Palawan est très riche sur le plan de la biodiversité, mais c'est aussi un endroit où se pratique le commerce illégal de pangolins, de tortues marines et d'oiseaux sauvages.La règlementation philippine du secteur de la pêche interdit de ramasser des palourdes géantes, considérées comme une espèce menacée. Les contrevenants encourent des peines pouvant aller jusqu'à huit ans de prison et des amendes s'élevant à 50.000 euros.Les palourdes géantes sont un élément écologique important pour les récifs coraliens, qui abritent 30% des espèces animales et végétales des océans mais sont menacés de disparition. Source: TV5 – environnement

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :