Environnement

Le « labo de la mort » en Allemagne testait aussi le glyphosate

Un chien beagle à l’agonie baigne dans son sang et ses excréments. Un autre, mort, est accroché par la patte à un crochet de boucher. Le cou coincé dans un étau, un singe se débat, terrorisé. Ces images insoutenables ont été tournées par un militant de Soko Tierschutz, une association allemande de protection des animaux, infiltré dans un laboratoire situé à Hambourg, entre décembre 2018 et mars 2019.

On est ici bien loin des abattoirs que filment d’ordinaire les activistes du droit des animaux. Laboratoire agréé par les autorités, LPT (Laboratory of Pharmacology and Toxicology) a pour vocation d’effectuer, pour des clients des secteurs pharmaceutique, chimique ou cosmétique, des tests sur des médicaments et des produits chimiques dans le respect des meilleurs standards. Ces firmes soumettent ensuite les résultats aux autorités dans le but d’obtenir une autorisation de mise sur le marché ou un renouvellement d’homologation pour leurs produits.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Glyphosate : une étude montre une nette augmentation du risque de lymphome

Diffusées sur la chaîne allemande ARD le 15 octobre 2019, ces images de torture au sein du « labo de la mort », comme l’a surnommé l’association, ont soulevé l’indignation au point de faire descendre des manifestants dans la rue. Mais, outre ces violations du droit des animaux, le militant infiltré a également été témoin de fraude. Au cours d’une étude menée pour le compte d’un laboratoire pharmaceutique coréen, un singe, mort au bout de six semaines, a été remplacé par un autre, vivant. Ni vu ni connu : les résultats sont ainsi falsifiés. « C’est comme ça que ça marche, ici », lui a expliqué un employé.

La question cruciale de la génotoxicité

Or, un rapport publié conjointement par trois ONG (Corporate Europe Observatory, PAN Allemagne et Global 2000), mardi 11 février, révèle que LPT a réalisé 21 des 150 tests réglementaires qui faisaient partie du nouveau groupe d’études fourni par Monsanto et les autres fabricants réunis au sein de la « Glyphosate task force » pour l’approbation du glyphosate par l’Union européenne en décembre 2017. Trois de ces 21 tests concernaient la question cruciale de la génotoxicité de l’herbicide. C’est-à-dire sa capacité à endommager l’ADN, un processus qui peut induire des cancers.

C’est sur la base de ces études confidentielles que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), chargée de la réévaluation de l’herbicide, avait jugé le glyphosate non cancérogène et « peu susceptible d’être génotoxique » en novembre 2015. Dans le chapitre consacré à la génotoxicité de son rapport d’évaluation, aucune des 46 études réglementaires mentionnées ne montrait d’effets génotoxiques. Parmi elles : ces trois tests réalisés par LPT.

Source: Le monde

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :