Environnement

« Le Covid-19 a révélé les insupportables inégalités de ressources et d’accès aux soins »

Tribune. En à peine plus d’un an, les crises des « gilets jaunes » et du Covid-19 ont révélé les impasses de notre modèle social, inadapté aux nouvelles formes de pauvreté et livrant à l’isolement social une grande partie de nos concitoyens vulnérables, exclus ou malades. Cet échec collectif, qui n’est pas nouveau en dépit de réformes nationales ambitieuses et d’initiatives territoriales ou associatives remarquables, alimente un sentiment d’impuissance qui creuse la fracture entre une partie de nos concitoyens et des politiques sociales suspectées de coûter « un pognon de dingue » sans effet sur les destins individuels.

Alors que notre modèle social est fondé sur les garanties collectives face aux risques de la vie, la responsabilité de la pauvreté s’est peu à peu individualisée, entraînant une forme de culpabilisation des plus vulnérables avec le fallacieux concept « d’assistanat », indigne de notre République sociale. La crise du Covid-19 n’a fait que révéler au grand jour les insupportables inégalités de ressources sociales et d’accès aux soins, avec une surmortalité concentrée sur les territoires les plus pauvres, qui s’ajoutent aux injustices de rémunération ou à l’absence de revenu décent.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Benoît Hamon : « Notre société s’est lourdement trompée en préférant les biens aux liens »

Au moment où s’expriment tant de professions de foi pour une société solidaire, nous avons l’opportunité de rompre résolument avec cette pente mortifère, en portant sans délai trois transformations majeures de notre modèle social qui ont pour dénominateur commun de partir des personnes concernées et de les associer pleinement à un pilotage territorialisé sous l’égide des acteurs locaux.

Un revenu de base local

La création d’un revenu de base local est un premier levier pour sortir de l’incantation. Composé de ressources monétaires et non monétaires, son contenu doit être déterminé localement, à partir d’un socle national de protection sociale. Il devra garantir la dignité de toute personne, en permettant son accès à des biens et services essentiels.

Concrètement, en plus des aides monétaires liées aux prestations sociales qui devront être simplifiées, harmonisées notamment pour permettre leur accès aux jeunes et automatisées, les acteurs locaux pourront créer une plate-forme locale garantissant l’accès aux biens et services essentiels à partir des ressources locales.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : « L’union sacrée est en partie une fiction politique »

Alimentation locale à bas coût, prêts ou dons de matériel notamment informatique, tarification progressive sur l’eau et l’électricité, échanges de services, crédit d’heures ou monnaie locale, biens et services fournis par des entreprises à prix coûtant selon le modèle « ni gain ni perte » du Prix Nobel Mohammed Yunus… Autant d’initiatives qui permettront de réduire directement les dépenses contraintes des plus pauvres.

Il vous reste 62.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: Planète : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :