Environnement

L’Afrique a besoin de tests de dépistage du Covid-19

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Campagne de dépistage du Covid-19 à Johannesburg, le 14 mai 2020. MARCO LONGARI/AFP

Il serait prématuré de croire que l’Afrique sera épargnée par le Covid-19 : auditionné mercredi 20 mai par la commission des affaires étrangères du Sénat, le docteur John Nkengasong, directeur du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies (CDC), s’est montré des plus prudent sur l’évolution de l’épidémie sur le continent. Les données disponibles sont, pour cet observateur privilégié, trop parcellaires pour imaginer qu’elles reflètent la réalité. Selon les chiffres publiés la veille par le CDC, l’Afrique comptait 88 172 cas et 2 834 décès. « Le nombre de morts a augmenté de 30 % en une semaine », a-t-il mis en garde pour tempérer tout triomphalisme prématuré en rappelant aux sénateurs que la situation de pays comme le Brésil avait rapidement basculé.

Lire aussi « L’Afrique est de plus en plus atteinte par le coronavirus : les nouveaux cas et les décès augmentent rapidement »

Le manque de tests reste le problème le plus criant pour permettre une évaluation mieux étayée de la situation. « 1,3 million de tests seulement ont été réalisés sur une population de près de 1,3 milliard d’habitants, a rappelé M. Nkengasong. Il en faudrait dix fois plus. » L’Union africaine dont dépend le CDC souhaite y parvenir d’ici « deux à trois mois ». La formation d’un million de travailleurs communautaires capables de tracer les personnes contaminées et leurs contacts ainsi que la création d’une plateforme commune d’achat des médicaments sont les deux autres objectifs que se sont fixés les gouvernements africains dans leur plan d’action coordonnée, dont le coût est estimé à 600 millions de dollars (547 millions d’euros).

« Meilleure capacité de détection »

Pour l’épidémiologiste camerounais, il est ainsi fort probable que les pays qui apparaissent comme les plus touchés – Afrique du Sud, Egypte, Algérie, Maroc – ne se démarquent qu’en raison de leur meilleure capacité de détection du coronavirus. S’ils n’émergent pas encore dans les statistiques, la Somalie ou le Soudan du Sud suscitent ainsi « la plus grande inquiétude » en raison de la fragilité extrême des systèmes de santé et des difficultés à se déployer sur des terrains dominés par la violence.

Invité à s’exprimer sur la coordination entre les différentes agences d’aide étrangères dans les plans de réponse à l’épidémie, John Nkengasong a déploré en termes feutrés que « beaucoup de partenaires n’encouragent aucune action pour créer des synergies » alors qu’elles ont désormais à travers le CDC africain un interlocuteur à l’échelle continentale. Il a aussi demandé que les fonds mobilisés pour faire face à l’épidémie ne soient pas soustraits aux efforts promis pour endiguer le paludisme, le VIH ou la tuberculose, trois maladies responsables à elles seules de plus d’un million de morts sur le continent chaque année.

Source: Planète : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :