« C’est un bazar incroyable pour un nombre de cas encore faible » : les hôpitaux français face au coronavirus

Avis de gros temps sur les hôpitaux français. Après l’annonce, vendredi 28 février, de dix-neuf nouveaux cas de contamination par le coronavirus, et le passage en stade 2 (sur 3) de l’épidémie, les établissements de santé se préparent à faire face à une arrivée importante de nouveaux malades.

« On rentre dans le dur, prévient Xavier Lescure, infectiologue à l’hôpital Bichat, l’un des trois centres de référence en Ile-de-France. Tous les ans, la grippe saisonnière fait un peu tanguer le navire des hôpitaux. Là, ça ne va pas tanguer, ça va être la tempête. On est en face d’une épidémie qui va affecter tout le système et va imposer très vite une réorganisation totale de la prise en charge. »

Cette crise sanitaire survient dans un contexte particulier pour l’hôpital public. Il y a quelques semaines, plusieurs centaines de chefs de service avaient démissionné de leurs fonctions d’encadrement pour dénoncer le manque de lits et d’effectifs. Selon eux, c’est aujourd’hui un système hospitalier « fragilisé par des années d’économies déraisonnables et inadaptées » qui s’apprête à affronter la tempête.

Les dernières informations : 57 contaminations, dont deux soignants d’un hôpital à Paris

« Un bazar incroyable »

Un panneau indique la salle de dépistage des coronavirus, à l’Institut méditerranéen d’infection de l’hôpital La Timone, à Marseille, le 27 février.
Un panneau indique la salle de dépistage des coronavirus, à l’Institut méditerranéen d’infection de l’hôpital La Timone, à Marseille, le 27 février. DANIEL COLE / AP

La surchauffe touche d’ores et déjà certains services, comme la régulation du Centre 15 ou l’infectiologie. Depuis la flambée de nouvelles contaminations en Italie, ces services sont confrontés à des sollicitations incessantes.

« On est complètement débordés, le temps de répondre à un appel, il y en a dix autres en attente, raconte Alexandre Bleibtreu, infectiologue à la Pitié-Salpêtrière, un autre hôpital de référence francilien. Alors que nous ne devrions être contactés que par le SAMU-Centre 15, des gens appellent directement parce qu’ils ont peur et veulent passer le test pour être rassurés. Certains se présentent même en personne. » Dans certains hôpitaux, comme au CHU de Tours, des pics à près de 90 appels par jour sont enregistrés.

A l’hôpital Saint-Louis, à Paris, l’infectiologue Matthieu Lafaurie s’inquiète de ce climat « anxiogène » :

« On est dans l’irrationnel. Bichat et la Pitié sont débordés et nous demandent de l’aide alors qu’il n’y a à ce jour pas ou peu de patients hospitalisés. Comment allons-nous faire quand au cœur de la pandémie nous aurons beaucoup plus de personnes à hospitaliser avec pas assez de personnel de façon chronique ? C’est un bazar incroyable pour un nombre de cas recensés encore faible. »

Dans les services d’urgences déjà soumis à une forte fréquentation, on redoute cet afflux de nouveaux patients. Aux urgences de Valence, où il manquera dans quelques jours près de la moitié de l’effectif médical, en raison de départs de médecins, Hélène Balagué s’apprête, avec ses collègues urgentistes, à devoir gérer une « double crise » : « On a déjà des délais d’attente monstrueux. En rajoutant le coronavirus, ça va être la catastrophe », redoute-t-elle.

Source: Planète : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Leave a Reply

%d bloggers like this: