Économie

Une entreprise chinoise sur le point d’acheter une mine d’or dans l’ouest du Nunavut

Le 8 mai, l’entreprise chinoise Shandong Gold Mining et TMAC Resources ont annoncé qu’elles étaient parvenues à un accord définitif au sujet de la vente, qui s’élèvera à environ 230 millions de dollars.

La transaction valorise le coût unitaire de l’action de TMAC Resources à 1,75 $, soit une bonification de 52 cents sur son prix moyen et une augmentation de 30 cents par action sur le cours du titre en bourse juste avant l’annonce.

Avant d’aller de l’avant, la vente doit toutefois être approuvée par les deux tiers des actionnaires de la société.

TMAC Resources espère également obtenir l’approbation de la Kitikmeot Inuit Association (KIA), l’organisation inuit de revendication territoriale de la région, qui détient 1 % des actions de l’entreprise.

L’organisme inuit n’a pas encore annoncé s’il soutiendrait la vente.

Une carte montrant le site de la mine d'or Doris North, au Nunavut.

Une carte montrant le site de la mine d’or Doris North, qui est située à environ 125 kilomètres de Cambridge Bay, au Nunavut.

Photo : TMAC Resources

TMAC Resources n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue avant que la vente soit officiellement complétée. L’entreprise étatique chinoise Shandong Gold Mining n’a, de son côté, pas donné suite à nos demandes d’entrevues.

Nous sommes impressionnés de constater les liens solides qu’entretient TMAC avec les intervenants locaux et sa gestion responsable […] et nous avons l’intention de manifester le même engagement, a affirmé dans un communiqué le président de Shandong Gold Mining, Chen Yumin.

Dans un communiqué, TMAC Resources affirme que la société chinoise maintiendra ses objectifs en matière d’emploi pour les Inuit, mais aussi en ce qui concerne les paiements de redevances aux organisations territoriales et régionales inuit, comme établi dans une entente sur les répercussions et les avantages.

Shandong Gold Mining s’est aussi engagée à attribuer des contrats à des entreprises locales et inuit. La valeur de ces contrats a été évaluée à plus de 68 millions de dollars l’an dernier, selon les données de TMAC Resources.

À lire aussi :

Un projet coûteux

TMAC Resources opère depuis huit ans dans la région de Hope Bay, qui est située à environ 125 kilomètres de Cambridge Bay. Les gisements d’or qui s’y trouvent pourraient produire jusqu’à 150 000 kilogrammes d’or.

Le projet minier est passé aux mains de trois sociétés minières depuis la découverte des gisements, il y a une trentaine d’années.

L’entreprise TMAC Resources a fait l’acquisition du projet en 2012, après une entente conclue avec la minière canadienne Newmont Mining. En 2015, elle a par la suite signé un accord foncier avec les organismes inuit KIA et Nunavut Tunngavik Inc.

Il a toutefois fallu attendre jusqu’en 2017 avant que le projet permette la production d’or pour la vente commerciale. Depuis l’achat du projet minier, TMAC Resources a investi plus de 450 millions de dollars dans le développement des gisements.

Or, au mois de mars, une étude de préfaisabilité a suggéré que la production d’or pourrait plus que doubler, ce qui augmenterait d’environ 683 millions de dollars les coûts d’opération.

[Le projet de] Hope Bay nécessitera des investissements substantiels pour optimiser la production et accroître la durée de vie de la mine.

Chen Yumin, président de Shandong Gold Mining
Chen Yumin sur scène, lors d'une conférence internationale sur l'or.

Le président de l’entreprise chinoise Shandong Gold Mining, Chen Yumin

Photo : Reuters / Mariana Bazo

Au Nunavut, la production d’or est la principale source des revenus miniers et des redevances des associations inuit du territoire. En 2019, elle a généré des revenus d’environ 900 millions de dollars.

Les communautés du territoire n’ont toutefois pas toujours pu profiter de ces bénéfices. En 2018, TMAC Resources n’a pas été en mesure d’atteindre ses objectifs en matière d’emploi inuit, qui consistaient à pourvoir environ 70 postes à temps plein.

Elle a d’ailleurs été contrainte de payer une amende de 90 700 $, selon la Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions.

Shandong Gold Mining

L’entreprise étatique Shandong Gold Mining arrive en deuxième position des plus importants producteurs d’or en Chine.

Dans les dernières années, son expansion a toutefois connu quelques embûches.

Elle a notamment été critiquée pour avoir acquis une participation de 50 % dans le projet de la minière canadienne Barrick Gold’s à Veladero, en Argentine.

En 2015, soit deux ans après l’arrivée de Shandong Gold Mining dans le projet, le site minier de Veladero avait fait l’objet du plus important déversement de solutions de cyanure jamais survenu en Argentine.

Des travailleurs sur le site de la mine d'or de Veladero, en Argentine.

Shandong Gold Mining détient une participation de 50 % dans le projet de la minière canadienne Barrick Gold’s à Veladero, en Argentine.

Photo : Reuters / Marcos Brindicci

Ces difficultés n’ont toutefois pas suffi à freiner les ardeurs de l’entreprise. Récemment, le président Chen Yukin a affirmé qu’il espérait toujours voir sa société se classer parmi les dix plus importants producteurs d’or au monde.

Avec les informations de John Last

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :