Économie

Un incendie « catastrophique » ravage une usine de homard de la Péninsule acadienne

 

L’incendie n’a pas fait de blessés, mais selon le chef pompier Stéphane Dignard, les trois sections du bâtiment sont une perte totale.

Un camion de pompier

Plusieurs équipes de pompiers ont été mobilisées pour tenter de maîtriser les flammes.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Une « catastrophe »

L’usine de transformation de homard, qui emploie plus de 250 travailleurs, est l’un des principaux employeurs de la Péninsule acadienne.

Le représentant de l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) est catastrophé par la nouvelle.

Les trois sections de l'usine ont été détruites par les flammes.

Les trois sections de l’usine ont été détruites par les flammes.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

À ses yeux, elle ne pourrait pas survenir à un pire moment. La saison de pêche au homard, dont les revenus ont déjà été compromis par la pandémie, venait tout juste de commencer dans cette région du Nouveau-Brunswick.

C’est trop pour moi […] C’est vraiment une catastrophe. Comment va-t-on faire pour s’en sortir? Il va falloir faire confiance aux ressources humaines, à la société, pour se reconstruire.

Emmanuel Moyen, représentant de l’UPM

Selon M. Moyen, pas moins d’une centaine de bateaux de pêcheurs accostent près de l’usine pour débarquer leur homard.

Réjean Comeau devant l'usine.

Réjean Comeau est un pêcheur de Val-Comeau qui vendait ses débarquements à l’usine Pêcheries de Chez-Nous Ltée.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Un pêcheur de la région, qui a été témoin de la scène, s’inquiète des répercussions économiques de la destruction de cette usine.

L’usine est presque toute à terre. Quatre-vingts pour cent de l’usine a brûlé, c’est une perte complète, tant matérielle que pour les jobs.

Réjean Comeau, pêcheur depuis 40 ans

Le maire de la Municipalité régionale de Tracadie, Denis Losier, estime qu’il faudra réagir rapidement pour transporter le homard dans d’autres usines et éviter des pertes.

Ça va être toute une planification. C’est certain qu’on va être à l’écoute de l’impact des pertes. Il faudra collaborer avec les autres ordres de gouvernement pour trouver des solutions de rechange dans un court laps de temps, dit M. Losier.

Une épaisse fumée noire s'échappe d'une usine de poisson.

Une internaute a pris en photo l’immense fumée noire qui s’échappe de l’usine.

Photo : Facebook / Jeannie Landry

L’usine Les Pêcheries de Chez-Nous a ouvert ses portes en 2000 avant d’être rachetée par une entreprise thaïlandaise en 2016.

La cause du feu inconnue

Des équipes d’intervention d’urgence de toute la Péninsule acadienne ont été dépêchées sur les lieux.

J’ai des équipes qui sont parties de Néguac, de Shippagan, et on voyait déjà la fumée dans le ciel, fait que ça a commencé et progressé vraiment vite, indique le sergent Stéphane Blanchard.

Le sergent Stéphane Blanchard.

Le sergent Stéphane Blanchard.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le feu a pris son origine à l’intérieur de l’une des sections de l’usine vers 15 h.

Un pompier arrose des flammes sur la scène de l'incendie.

Les pompiers ont lutté contre le brasier durant plusieurs heures.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Les efforts pour l’éteindre n’ont pas fonctionné, ce qui a forcé les gens sur place à faire appel aux services d’incendie.

Un pompier dans la fumée.

Les autorités ont demandé aux résidents d’éviter le secteur de Val-Comeau, jeudi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le feu s’est ensuite propagé dans les deux autres sections.

De nombreux internautes ont publié des photos et des vidéos de la scène sur les réseaux sociaux.

Pour le moment, rien ne porte à croire que l’incendie soit le résultat d’un acte criminel, a déclaré Stéphane Dignard, chef des pompiers de la division de Tracadie.

Stéphane Dignard, chef de division de Tracadie

Stéphane Dignard, chef de division de Tracadie.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :