Économie

Taxe carbone à 170 $ la tonne : une augmentation des prix des aliments envisagée

L’analyste agroalimentaire, Sylvain Charlebois, affirme que l’augmentation de 15 $ par an de la taxe sur le carbone jusqu’à 170 $ en 2030, préconisée par Justin Trudeau le mois dernier, pourrait avoir une incidence importante sur les prix des aliments à la caisse.

Le professeur en distribution et politique agroalimentaire à l’Université Dalhousie estime que cette augmentation aurait un impact sur la sécurité alimentaire de certains Canadiens. À 50 $, il n’est pas clair si la taxe va avoir un impact sur les prix, mais a 170 $ la tonne de carbone, il faut étudier les conséquences.

Cela pourrait compromettre la sécurité et l’abordabilité alimentaires de plusieurs Canadiens.

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politique agroalimentaire à l’Université Dalhousie de Halifax.

À écouter :

Hausse des coûts, baisse de la compétitivité

Le chercheur soutient que cette hausse inquiète. On parle de tripler la taxe actuelle d’ici 2030, explique le professeur. C’est beaucoup et c’est pour cela que la communauté des producteurs agricoles s’inquiète beaucoup.

En Saskatchewan, pour une ferme de 5000 hectares, la facture liée à la taxe sur le carbone pourrait équivaloir à 150 000 $, poursuit Sylvain Charlebois.

Le spécialiste s’interroge également à propos des conséquences sur les importations agroalimentaires du Canada. Si on impose une taxe ici, mais que ce n’est pas le cas ailleurs, c’est certain que nous allons miner la compétitivité de notre propre secteur.

Nous pourrions importer plus de produits alimentaires d’ailleurs parce que les nôtres vont être trop chers.

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politique agroalimentaire à l’Université Dalhousie de Halifax

A lire aussi :

Deux pistes de solutions

Sylvain Charlebois entrevoit deux solutions.

Il faut travailler avec d’autres pays, ceux qui ont l’intention de respecter les Accords de Paris, explique le professeur. Il pense notamment que le dialogue sera plus aisé avec les États-Unis maintenant que Joe Biden va entrer en fonction.

Il souhaite également encourager la recherche. Il faudrait développer de nouveaux moyens, à la ferme, pour permettre aux producteurs d’avoir d’autres options que, par exemple, d’utiliser du propane pour assécher les grains en automne.

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :