Économie

Radio-Canada demande au CRTC un « pont vers le futur »

C’est que le diffuseur public demande au CRTC de pouvoir remplir une partie de ses conditions de licences en matière de diffusion de contenus canadiens sur le numérique, plutôt qu’uniquement à la télé et à la radio.

Or, la régulation de l’univers en ligne ne fait pas encore partie de la mission du CRTC. Le ministre responsable, Steven Guilbeault, a déposé cet automne le projet de loi C-10 qui modifiera son mandat, mais la pièce législative en question n’a pas encore été adoptée par la Chambre des communes.

Ce débat parlementaire n’a pas empêché le CRTC d’entamer lundi matin les audiences publiques concernant le renouvellement pour cinq ans des licences des stations de télévision et de radio appartenant à CBC/Radio-Canada.

M. Scott en conférence de presse.

« Dans ses demandes de renouvellement, la CBC/Radio-Canada demande au Conseil une flexibilité considérable afin de s’acquitter de son mandat », a déclaré le président du CRTC Ian Scott dans son allocution d’ouverture.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Si le projet de loi C-10 est adopté d’ici la fin du processus, le Conseil informera toutes les parties intéressées de la manière dont il pourrait affecter l’instance et si des changements de procédure sont justifiés, a expliqué Ian Scott en début de journée.

En attendant, nous examinerons comment le Conseil pourrait offrir à CBC/Radio-Canada une plus grande souplesse s’il le juge approprié, tout en s’assurant que le diffuseur public national du Canada continue à s’acquitter de son mandat dans tous ses services et sur toutes ses plateformes, a-t-il ajouté.

Une industrie qui évolue à toute vitesse

La demande de renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada a été déposée auprès du CRTC à l’automne 2019. Entre-temps, la société d’État a lancé les applications mobiles CBC Listen et OHdio pour mettre en valeur ses contenus audionumériques. Ces plateformes s’ajoutent à Gem et à TOU.TV, qui recensent toute la programmation vidéo des réseaux anglais et français de la société.

C’est le contenu de ces applications que le CRTC devrait examiner, plutôt que celui diffusé sur les plateformes traditionnelles de CBC/Radio-Canada, selon le diffuseur public. Car les réseaux comme ICI Télé, ICI Première, ICI RDI, CBC Television, CBC Radio One et CBC News Network atteignent beaucoup plus difficilement la jeune génération.

<q data-attributes=”{“lang”:{“value”:”fr”,”label”:”Français”},”value”:{“html”:”Un peu moins de la moitié des Canadiens regardent des contenus à la fois sur les plateformes traditionnelles et numériques, a illustré la PDG de la société Catherine Tait dans son allocution d’ouverture. Environ 25% sont uniquement sur les plateformes linéaires, alors qu’un autre 25% est uniquement sur le numérique, un nombre qui continuera d’augmenter dans l’avenir.”,”text”:”Un peu moins de la moitié des Canadiens regardent des contenus à la fois sur les plateformes traditionnelles et numériques, a illustré la PDG de la société Catherine Tait dans son allocution d’ouverture. Environ 25% sont uniquement sur les plateformes linéaires, alors qu’un autre 25% est uniquement sur le numérique, un nombre qui continuera d’augmenter dans l’avenir.”}}” lang=”fr”>Un peu moins de la moitié des Canadiens regardent des contenus à la fois sur les plateformes traditionnelles et numériques, a illustré la PDG de la société Catherine Tait dans son allocution d’ouverture. Environ 25 % sont uniquement sur les plateformes linéaires, alors qu’un autre 25 % est uniquement sur le numérique, un nombre qui continuera d’augmenter dans l’avenir.

Si nous ne changeons pas notre façon de faire, nous risquons de devenir des dinosaures sur une calotte glaciaire qui fond.

Catherine Tait, PDG de CBC/Radio-Canada

Nous croyons qu’en reconnaissant la réalité numérique dans le cadre de réglementation du radiodiffuseur public et en nous donnant la flexibilité de servir les Canadiens là où ils se trouvent, nous aurons construit un pont vers l’avenir, a résumé Mme Tait.

La barrière de la langue, qui a longtemps protégé le marché francophone, n’est plus un obstacle aujourd’hui, a ajouté le vice-président du réseau français, Michel Bissonnette. Les données du dernier recensement nous confirment que la plus jeune génération est de plus en plus bilingue.

Environ 80 % des francophones canadiens âgés de 18 à 34 ans sont abonnés à Netflix, a souligné M. Bissonnette.

Si on ne veut pas perdre une génération, il est plus important que jamais de leur offrir une alternative francophone diversifiée et de qualité, a-t-il martelé. Il faut continuer d’innover, comme on l’a fait il y a un peu plus de 10 ans avec la création d’ICI TOU.TV qui nous permet aujourd’hui d’atteindre un nouveau public qui, autrement, ne regarderait pas nos émissions.

La délicate question du financement

Par ailleurs, Catherine Tait aimerait éviter que le débat des prochaines semaines porte sur le financement de la société d’État, dont les revenus se chiffraient l’an dernier à environ 1,7 milliard de dollars, soit 1,2 milliard provenant de fonds gouvernementaux et 500 millions provenant de sources commerciales.

Des acteurs comme Québecor et Les Amis de la radiodiffusion, par exemple, souhaiteraient que Radio-Canada cesse de diffuser des publicités sur ses plateformes.

Ce sont des questions qui relèvent du Parlement et qui sont liées à la Loi sur la radiodiffusion, une loi qui est actuellement en processus de révision, a rappelé Mme Tait devant le Conseil.

Cela dit, les revenus commerciaux que nous touchons ne sont pas insignifiants, a reconnu la PDG. Ce n’est pas un petit chiffre. À cet égard, ces revenus sont essentiels pour investir davantage dans les services, le journalisme et la programmation.

Treize jours d’audiences

La direction de CBC/Radio-Canada poursuivra sa présentation jusqu’à jeudi, après quoi de nombreuses voix, comme celles des groupes francophones hors Québec et des syndicats, se feront entendre.

Un certain nombre de questions devraient porter sur Radio-Canada Tandem, un nouveau service de contenu promotionnel qui ne fait pas l’unanimité.

Le mois dernier, quelque 500 journalistes ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils soutenaient que la nouvelle marque aurait pour effet de nuire à l’intégrité du journalisme maison, affirmant que ce type de contenu commandé est insidieux et aide les annonceurs à tromper les Canadiens.

Les audiences publiques qui ont débuté lundi en virtuel devaient avoir lieu en mai 2020, mais elles avaient été reportées en raison de la COVID-19. Treize jours de travail sont prévus au calendrier, qui s’étend jusqu’au mercredi 27 janvier. Quelques 20 000 observations écrites ont été reçues en amont, a fait savoir le CRTC.

Avec Philippe-Vincent Foisy

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :