Économie

Port de Montréal : les débardeurs retournent au travail après une grève de 13 jours

 

Le syndicat des débardeurs du port de Montréal, qui représente 1125 travailleurs, et l’Association des employeurs maritimes ont signé vendredi une trêve d’une durée de sept mois qui doit permettre aux deux partis de négocier une nouvelle convention collective.

L’entente prévoit la suspension de tous les moyens de pression. L’actuel contrat de travail est échu depuis 2018.

La grève des débardeurs avait été adoptée à plus de 90 %, avec un très fort taux de participation. Un débardeur rencontré au port ce dimanche s’est dit très heureux de reprendre le travail.

Je travaille ici depuis 43 ans, c’est la première fois que je vis une grève comme celle-ci, j’espère que ça n’arrivera plus, surtout pour les jeunes, a-t-il dit.

Le président de l’Association des employeurs maritimes, Martin Tessier, et le représentant du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Michel Murray, disaient vendredi avoir bon espoir de conclure une entente d’ici le 20 mars 2021.

Le conflit porte essentiellement sur les horaires de travail, selon le syndicat, qui affirmait que ses membres travaillent 19 jours de suite sur 21, et ce, 365 jours par an, mis à part les jours fériés et ceux où le port est fermé.

Le port de Montréal génère 19 000 emplois directs et indirects et dessert des milliers d’entreprises qui attendent des matières premières, des matériaux et autres denrées.

À lire aussi :

Avec des informations de Marie-Michelle Lauzon

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :