Économie

Le nombre d’éclosions augmente sur des sites pétroliers

Le ministère ne détaille pas le nombre de cas actifs et n’a pas répondu à nos demandes d’information, de même que Services de santé de l’Alberta (AHS). Les informations fournies par les entreprises font état d’au moins 130 cas actifs.

Ces éclosions sont complexes parce qu’elles surviennent sur des sites qui appliquent souvent un programme de navette aérienne (fly-in fly-out) avec des employés provenant d’autres provinces qui travaillent en rotation pour quelques jours voire quelques semaines.

Au printemps, une éclosion sur le site Kearl de l’entreprise Imperial Oil avait ainsi conduit à la contamination de plus d’une centaine de personnes dans quatre provinces différentes.

À lire aussi :

L’administrateur en chef adjoint de l’Agence de la santé publique du Canada, Howard Njoo, a toutefois confiance dans la collaboration entre les juridictions. Si on a signalé une éclosion dans une province, il y a un comité qui analyse les données et notamment l’aspect des travailleurs provenant d’autres provinces. Il y a une bonne collaboration entre les autorités de santé publique, a-t-il affirmé.

Cinq entreprises concernées :

Suncor

L’entreprise Suncor est celle qui compte le plus grand nombre de foyers d’éclosion. Quatre de ses exploitations sont aux prises avec des cas de la COVID-19.

Selon le responsable des relations médiatiques Paul Newmarch, 42 travailleurs sont toujours infectés et 157 se sont remis de la maladie depuis la fin du mois d’août.

Nous sommes confiants dans nos mesures de protection et nous travaillons avec AHS [Service de santé Alberta] pour ajuster notre approche , a indiqué M. Newmarch dans un courriel en réponse à nos questions.

Le détail des éclosions à Suncor :

  • Base Plant : depuis le 22 août, 28 cas actifs et 86 personnes rétablies
  • Firebag : depuis le 18 octobre, 1 cas actif et 28 personnes rétablies
  • Fort Hills : depuis le 20 novembre, 12 cas actifs et 21 personnes rétablies
  • MacKay River : depuis le 25 novembre, 1 cas actif et 22 personnes rétablies

Il liste parmi ces mesures le maintien au travail du personnel strictement essentiel, le télétravail pour tous les employés qui le peuvent et la mise en place des règles de distanciation physique.

Un plan de transport pour les employés provenant de l’extérieur de l’Alberta est en développement en partenariat avec AHS, selon M. Newmarch.

Syncrude

Depuis le début de la pandémie, l’entreprise Syncrude a dénombré 223 cas. De ceux-ci, 65 personnes sont toujours infectées. Ce nombre inclut les deux sites d’exploitation de la compagnie dans la région municipale de Wood Buffalo ainsi que les bureaux à Edmonton et Calgary. Syncrude compte également les employés de ses sous-traitants.

Selon le porte-parole de l’entreprise Will Gibson, tous les employés résident en Alberta. L’équipe médicale de Syncrude croit également que la plupart des personnes ont été contaminées dans la communauté et non sur leur lieu de travail.

Depuis l’établissement de mesures provinciales plus strictes, le nombre d’employés présents sur les sites d’exploitation et dans les bureaux a diminué de 1700.

Chevron

Un enseigne de station-service de Chevron

Un premier foyer d’éclosion en Alberta pour l’entreprise américaine Chevron.

Photo : Associated Press / Alan Diaz

L’entreprise Chevron dénombre, quant à elle, 13 employés ayant reçu un résultat positif à un test de dépistage du virus responsable de la COVID-19 sur son exploitation Kaybob Duvernay située dans le nord-ouest de l’Alberta. Selon leur responsable des relations médiatiques, la compagnie a retracé les contacts de ces travailleurs. Aucun employé infecté ne se trouve sur le lieu de travail. Il s’agit du premier foyer d’éclosion pour la compagnie américaine.

Imperial Oil

Imperial Oil est actuellement confrontée à une deuxième série de foyers d’éclosion. Un cas demeure actif sur le site de Cold Lake et 11 ont été dénombrés au site de Kearl. La porte-parole Lisa Schmidt de l’entreprise ne pouvait toutefois pas fournir le nombre de personnes rétablies. Le site d’exploitation Kearl possède un lieu d’isolement et un établissement de soins de santé.

Canadian Natural

L’entreprise Canadian Natural n’a pas répondu à notre demande.

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :