Économie

La Ville de Gatineau pourrait doubler son financement pour le développement économique

C’est ce qui est ressorti de la première présentation de la journée, mardi matin, au deuxième de quatre jours d’étude sur le budget de 2021 de la Ville.

Lors de cette présentation, l’administration a détaillé sa proposition pour le Plan stratégique de développement économique 2021-2026. Selon ce plan, Gatineau investirait jusqu’à 5 M$ en cinq ans.

En tout, la Ville verserait jusqu’à 1 M$ par année, soit le double du montant dépensé annuellement depuis l’adoption du premier Plan stratégique de développement économique, en 2017.

Jusqu’en 2020, Gatineau se portait bien sur le plan économique, mais la pandémie a engendré un recul significatif et projette une incertitude quant à l’avenir, a rappelé l’administration. Mardi, la Ville présentait des chiffres selon lesquels la pandémie aura eu une incidence de 17 M$ sur ses finances en 2020.

L’économie sociale au menu

Alors que Gatineau vient d’adopter une première politique en économie sociale, l’administration propose d’augmenter le financement à ce chapitre. Elle suggère de verser 165 000 $ de plus par année à l’organisme ID Gatineau, ce qui porterait son budget annuel à 415 000 $.

C’est ce dernier aspect qu’a contesté la conseillère Louise Boudrias. <q data-attributes=”{“lang”:{“value”:”fr”,”label”:”Français”},”value”:{“html”:”J’ai toujours trouvé ça un petit peu décevant: en économie sociale, on ne manque pas d’argent, on manque de projets. Et je pense que le fait de se doter d’une politique, de travailler plus a ce niveau-là, va permettre de générer de nouveaux projets en économie sociale, et ça, je suis totalement d’accord avec ça”,”text”:”J’ai toujours trouvé ça un petit peu décevant: en économie sociale, on ne manque pas d’argent, on manque de projets. Et je pense que le fait de se doter d’une politique, de travailler plus a ce niveau-là, va permettre de générer de nouveaux projets en économie sociale, et ça, je suis totalement d’accord avec ça”}}” lang=”fr”>J’ai toujours trouvé ça un petit peu décevant : en économie sociale, on ne manque pas d’argent, on manque de projets. Et je pense que le fait de se doter d’une politique, de travailler plus a ce niveau-là, va permettre de générer de nouveaux projets en économie sociale, et ça, je suis totalement d’accord avec ça, a-t-elle soulevé.

Au contraire, a rectifié le maire Maxime Pedneaud-Jobin, les projets ne manquent pas. Il faut se rappeler que l’économie sociale, c’est encourager l’économie locale d’abord. […] Dans le cadre de la COVID, c’est vraiment un investissement qui est intéressant, a-t-il soutenu.

Les élus présentent leurs demandes

Dans la présentation suivante, le comité de direction a détaillé le bilan des demandes budgétaires des élus.

Ce processus a permis aux conseillers de présenter des propositions pour améliorer les services dans leurs districts, tels l’aménagement de parcs à chien et des mesures de modération de la vitesse des automobiles.

À lui seul, le conseiller du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, a présenté 18 demandes cette année. Plusieurs d’entre elles n’ont pas été retenues par le comité de direction.

Souhaitant devancer le débat, M. LeBlanc en a parlé pendant de longues minutes, ce qui a semblé exaspérer certains de ses collègues. Le conseiller Gilles Carpentier l’a enjoint à respecter le processus et à formuler des résolutions plus précises jeudi, lorsque les décisions finales seront prises.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :