Économie

« Des annonces importantes » de Bombardier attendues jeudi, selon Fitzgibbon

Il risque d’y avoir des annonces, oui, a dit Pierre Fitzgibbon aux journalistes, mercredi matin, tandis que le conseil d’administration de l’entreprise était réuni. Je pense que c’est du positif, du très positif. Mais on va laisser Bombardier faire l’annonce.

J’ai toute l’information, mais je ne suis pas à l’aise d’en parler, a-t-il dit.

Le quotidien allemand Handelsblatt, spécialisé en économie, affirme mercredi soir que l’ensemble des activités ferroviaires de Bombardier passeront aux mains du groupe français Alstom et que l’accord devrait être officiellement conclu jeudi.

Selon le journal, Alstom reprendra l’entreprise ferroviaire québécoise, dont le siège social est à Berlin, pour l’équivalent de plus de 10 milliards de dollars canadiens. La même source indique que cela permettra de créer <q data-attributes= »{« lang »:{« value »: »fr », »label »: »Français »}, »value »:{« html »: »un nouveau grand groupe technologique ferroviaire avec un chiffre d’affaires d’environ 21,6milliards de dollars canadiens », »text »: »un nouveau grand groupe technologique ferroviaire avec un chiffre d’affaires d’environ 21,6milliards de dollars canadiens »}} » lang= »fr »>un nouveau grand groupe technologique ferroviaire avec un chiffre d’affaires d’environ 21,6 milliards de dollars canadiens.

Le ministre Pierre Fitzgibbon tiendra jeudi matin une conférence de presse à l’Assemblée nationale.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui détient 30 % des parts de cette division, Bombardier Transport, serait payée en actions d’Alstom et deviendrait par conséquent le deuxième actionnaire du groupe français, aux côtés de Bouygues. Bombardier serait de son côté payée en argent comptant pour ses actions.

Bombardier doit annoncer ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2019 jeudi matin à 8 h.

Le constructeur de trains et d’avions avait déclaré une perte de 91 millions de dollars pour le troisième trimestre, terminé le 30 septembre. Au cours de la même période, l’année précédente, il avait enregistré un profit de 149 millions de dollars.

Des emplois sauvegardés

La façade de l'usine de Bombardier à La Pocatière.

L’usine de Bombardier à La Pocatière

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Lorsqu’il lui a été demandé si l’annonce de jeudi permettrait au gouvernement Legault d’atteindre son objectif de maintenir les emplois de Bombardier au Québec, le ministre Fitzgibbon a répondu : Je pense qu’il va y avoir des bonnes nouvelles sur ça.

Le premier ministre François Legault a été encore plus clair devant la même question, répondant simplement : « Oui ».

Le gouvernement Legault a déjà signalé qu’il n’avait pas l’intention d’injecter davantage d’argent dans le programme de l’A220 – l’ex-C Series de Bombardier – maintenant contrôlé par Airbus à hauteur de 50,06 %. Bombardier détient 33,58 % de la Société en commandite Airbus Canada et la part de l’État québécois est de 16,36 %. Celle-ci pourrait être diluée en raison d’un appel de fonds pour la société en commandite.

Québec veut plutôt protéger l’investissement de 1 milliard de dollars américains qu’il a déjà fait, a rappelé Pierre Fitzgibbon.

M. Legault a rappelé qu’il est fort possible que l’entreprise québécoise cède l’une de ses deux branches pour renflouer ses coffres, la division Transport ou la division Aéronautique.

<q data-attributes= »{« lang »:{« value »: »fr », »label »: »Français »}, »value »:{« html »: »Il y a deux débats actuellement. Il y a un débat du côté de la division Airbus220 et il y a un débat sur la question de la division Transport. Et comme vous savez, la Caisse de dépôt possède 30% des actions de la division Transport. Donc, c’est sûr qu’ils sont impliqués dans les discussions », »text »: »Il y a deux débats actuellement. Il y a un débat du côté de la division Airbus220 et il y a un débat sur la question de la division Transport. Et comme vous savez, la Caisse de dépôt possède 30% des actions de la division Transport. Donc, c’est sûr qu’ils sont impliqués dans les discussions »}} » lang= »fr »>Il y a deux débats actuellement. Il y a un débat du côté de la division Airbus 220 et il y a un débat sur la question de la division Transport. Et comme vous savez, la Caisse de dépôt possède 30 % des actions de la division Transport. Donc, c’est sûr qu’ils sont impliqués dans les discussions, a-t-il expliqué.

Outre Alstom, Bombardier serait en train de négocier avec Airbus afin de lui vendre sa part dans la Société en commandite Airbus Canada, et elle aurait discuté avec l’américaine Textron entourant la vente de sa division de jets d’affaires, très présente au Québec.

Aucune de ces entreprises n’a fait de commentaires.

Des antennes au Canada et dans le monde

La division Transport représente 1500 emplois au Québec et 3700 au Canada. Elle a des usines à La Pocatière et à Saint-Bruno, mais aussi à Kingston et à Thunder Bay, de même que des bureaux à Vancouver et à Mississauga.

Quelque 10 800 emplois dépendent de la division aéronautique au Québec et 13 700 dans l’ensemble du Canada. La division Avions d’affaires de Bombardier a des installations à Dorval et un centre de formation à Saint-Laurent.

La division Avions commerciaux est présente à Mirabel et Saint-Laurent, ainsi qu’à Toronto et North Bay.

Bombardier a également des installations dans plusieurs autres pays.

À lire aussi :

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :