Économie

A Wall Street, le Dow Jones flambe de plus de 11 %, plus forte hausse depuis 1933

Un tradeur à Wall Street, à New York, le 19 mars. JOHANNES EISELE / AFP
  • Wall Street retrouve des couleurs

La Bourse new-yorkaise a connu un vif rebond mardi 24 mars, le Dow Jones enregistrant même sa plus forte progression en une séance en près de 90 ans, dans un marché optimiste sur le vote imminent d’un plan de relance économique aux Etats-Unis.

Son indice vedette, Dow Jones Industrial Average a flambé de 11,37 % à 20 704,91 points. Il faut remonter au 15 mars 1933 pour trouver trace d’une hausse en pourcentage aussi élevée sur une séance. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lui grimpé de 8,12 % à 7 417,86 points et l’indice S&P 500 est monté de 9,38 % à 2 447,33 points.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les Etats-Unis paniquent face à leur économie en chute libre

« Le marché s’attend à un plan de relance économique de grande ampleur pour amortir les effets négatifs provoqués par la fermeture de l’économie » américaine en pleine pandémie de coronavirus, explique Quincy Krosby de Prudential. Après deux échecs au Sénat, dimanche soir et lundi, républicains et démocrates continuaient de négocier pour adopter ce texte, qui pourrait proposer jusqu’à 2 000 milliards de dollars d’aide.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a assuré sur la chaîne d’informations financières CNBC qu’il existait un « optimisme réel » pour que le Congrès parvienne à un accord. Les mesures pourraient notamment inclure une aide fiscale allant jusqu’à 1 200 dollars par adulte et 500 par enfant pour les ménages gagnant moins de 99 000 dollars par an. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a lui parlé de 1 000 dollars par adulte. Le texte prévoit aussi une série de mesures pour les petites et moyennes entreprises avec notamment 300 milliards de dollars de prêts.

« Ces mesures ne vont pas tout résoudre », prévient cependant Mme Krosby. « Elles viennent en complément de nombreux programmes que la Réserve fédérale a mis en place. L’idée centrale est de débloquer de l’argent aussi rapidement que possible », précise-t-elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : les Etats-Unis divisés sur le renflouement de leur économie

Au rang des valeurs, Chevron s’est envolé de plus de 22 %, enregistrant la plus nette hausse du Dow Jones. L’entreprise pétrolière a réduit de 20 % ses dépenses en investissement pour l’année en cours, les faisant tomber à 16 milliards de dollars, et a suspendu son programme de rachat d’actions.

Son patron Michael Wirth a assuré sur la chaîne CNBC que les dividendes du groupe étaient « très fiables » en dépit de la chute des cours de l’or noir. American Express (+ 21,9 %) et Boeing (+ 20,9 %) ont également réalisé de très fortes progressions au sein du Dow Jones. Le croisiériste Norwegian Cruise Line a explosé de 42,2 % et son concurrent Carnival est monté de 14 %. Les compagnies aériennes américaines ont également connu de très fortes hausses : American Airlines a pris 35,8 %, Delta Airlines 21 % et United Airlines 25,7 %.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le secteur du transport aérien redoute des pertes colossales
  • Fort rebond de la Bourse de Sao Paulo en clôture (+ 9,69 %)

L’indice Ibovespa a clôturé à 69 729,30, points, au lendemain d’une chute de 5,22 % et après deux semaines chaotiques. La Bourse de Sao Paulo a suivi l’élan des places boursières du monde entier, revigorées notamment par les espoirs liés au plan de soutien américain à l’économie pour contrer le choc du coronavirus.

Les actions des compagnies aériennes, très touchées par la crise sanitaire, ont fortement rebondi, notamment Gol (+ 16,88 %) et Azul (+ 13,24 %). Les actions ordinaires de la compagnie pétrolière publique Petrobras ont pour leur part gagné 15,92 % et les préférentielles 16,43 %.

  • Le pétrole remonte avec l’espoir d’un redémarrage de l’économie américaine

Les prix du pétrole sont remontés mardi dans un marché anticipant une possible reprise de l’activité économique aux Etats-Unis, qui serait synonyme de demande en hausse.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a fini à 27,15 dollars à Londres, en hausse de 0,4 % par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril américain de WTI pour mai a pris 2,8 %, à 24,01 dollars.

La veille, les deux barils de référence avaient déjà progressé à l’issue d’une séance particulièrement volatile.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pétrole : le coronavirus, acteur d’un effondrement
  • Sur le marché des devises, l’euro en hausse face au dollar

Le dollar baissait mardi face aux principales devises, au lendemain de l’annonce de nouvelles mesures radicales de la part de la Réserve fédérale américaine (Fed), tandis que la livre sterling flambait.

Vers 20 heures (heure de Paris), le dollar index, qui mesure la valeur du billet vert par rapport à un panier d’autres devises, reculait de 0,36 %. L’euro gagnait lui 0,28 % face au dollar, à 1,0756 dollar.

Le Monde avec AFP

Source: International : Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :