Économie

À l’heure du coronavirus, des entreprises embauchent massivement

Les grandes chaînes d’alimentation font face à un double problème. Elles doivent regarnir leurs tablettes très rapidement et le personnel régulier peut manquer à l’appel en raison de la pandémie.

L’entreprise Metro, qui exploite des supermarchés, mais aussi les pharmacies Jean Coutu, est à la recherche de plusieurs centaines de travailleurs, au Québec et en Ontario, pour ses succursales et ses centres de distribution.

On a des postes! Envoyez votre CV! J’ai lancé un appel à tous les gens de l’organisation, leur disant : ’’Si vous connaissez des gens, dites-leur qu’on recrute’’.

Lucy Rodrigues, de Metro

Metro s’est tournée vers d’autres employeurs, notamment du secteur manufacturier, pour obtenir des travailleurs.

On a contacté plusieurs entreprises, autant au Québec qu’en Ontario, qui sont aux prises avec des ralentissements d’activité et qui ont dû malheureusement faire des mises à pied pour une durée temporaire, explique Lucy Rodrigues, directrice nationale de la gestion des talents chez Metro.

Le magasin d’alimentation discute avec ces entreprises pour voir s’il peut embaucher leurs employés pour un certain temps. Ensuite, quand la crise sera terminée, ils pourront retourner travailler avec leur employeur.

Je vous dirais que la communauté d’affaires est très active en ce moment pour faciliter le partage de ressources. Donc, les gens répondent énormément à notre appel, note Lucy Rodrigues.

Le toit enneigé du Metro Plus Beaumier.

La chaîne d’alimentation Metro a besoin d’engager des centaines de personnes. Photo prise le 19 mars 2020.

Photo : Ivanoh Demers / Radio-Canada\ Ivanoh Demers

Déjà, cette stratégie a permis d’aller chercher une cinquantaine de travailleurs, mais Metro veut aller plus loin, d’autant que les besoins de main-d’oeuvre risquent d’augmenter à mesure que la pandémie gagne du terrain au pays.

500 postes ouverts chez Goodfood

Goodfood, une entreprise montréalaise qui livre des repas à préparer à la maison, recherche quant à elle 500 personnes pour travailler dans ses usines du Québec, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

La crise actuelle occasionne une forte augmentation de commandes chez Goodfood, qui cherche des employés permanents dans le but de poursuivre sa croissance.

Des ingrédients pour une recette de bol de quinoa au bœuf haché épicé de Goodfood.

Les trousses de repas prêts à cuisiner de Goodfood

Photo : Radio-Canada / Coralie Mensa

La situation économique rend le recrutement plus facile, reconnaît Philippe Adam, chef de la direction financière. Chez Goodfood, on est fier de pouvoir contribuer à nourrir les Canadiens, mais aussi de pouvoir offrir des emplois à ceux qui ont perdu le leur.

Dans l’Ouest, en Alberta, c’est encore plus marqué, avec l’impact du prix du pétrole. Au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, on n’a pas de misère à avoir beaucoup de candidats qui postulent chez nous.

Philippe Adam, de Goodfood

Pour retenir et encourager leurs employés, plusieurs entreprises du secteur de l’alimentation ont décidé d’augmenter les salaires horaires pour les prochaines semaines ou encore de leur donner des bonis.

Source: Radio-Canada

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :