Actualités

Levée du confinement en Chine : “On a peur de replonger trop vite dans la vie normale”

Samantha Kim Dean est canadienne. Elle travaille dans une entreprise d’éducation à la musique à Chongqing, dans la province du Sichuan (centre de la Chine). Depuis le 15 mars, le confinement y est officiellement levé. Certains magasins ont ouvert à nouveau, mais les écoles restent fermées. Dans cette vidéo publiée le 19 mars sur Youtube, elle raconte son expérience de confinement et la fin de cette période.

[embedded content]

À 0:53, Samantha Kim Dean s’exclame :  “mon restaurant coréen préféré a ré-ouvert  aujourd’hui pour la première fois depuis deux mois. Je suis tellement heureuse, il y a du soleil et les choses reviennent à la normale !”
Samantha Kim Dean a raconté la fin de sa quarantaine à la rédaction des Observateurs :

 “Le 15 mars, je suis sortie de chez moi, pour la première fois depuis le 24 janvier. Je me  suis promenée dans un parc. J’étais heureuse, c’était un moment assez intense. Je suis allée dans un magasin et j’ai acheté un carnet. C’était mon premier achat en deux mois. Je n’ai pas eu besoin de montrer une autorisation de sortie pour rentrer dans ma résidence.
À Chongqing, on peut de nouveau sortir à plusieurs. La plupart des magasins et des restaurants sont de nouveau ouverts, mais la distanciation sociale doit toujours être respectée. Par exemple, les grands restaurants doivent laisser une table vide entre deux tables occupées.
Les gens sortent, mais tout le monde porte toujours un masque. On a un peu peur de se replonger trop vite dans la vie normale. Je n’ai pas encore été rendre visite à des amis. Je ne suis pas sûre de dire à ma femme de ménage de revenir travailler tout de suite.
Mon conseil pour mes proches qui commencent à être confinés, c’est de respecter les règles du gouvernement. Ne vous réunissez pas, ne sortez pas de chez vous sauf pour des courses essentielles.”

Le confinement est également levé à Shanghai, la plus grande ville chinoise en confinement depuis le 28 janvier. Mais les habitants doivent toujours avoir leur téléphone sur eux, prêts à monter le QR code qui indique leur état de santé. Ils doivent pour cela remplir un formulaire en ligne en indiquant plusieurs données (température, toux, etc). Sur l’application, leur température est régulièrement mise à jour par les détecteurs infrarouges mis en place dans tous les magasins, restaurants et lieux publics. S’il est rouge, impossible d’entrer dans les magasins et la personne doit se mettre en quarantaine.

[embedded content]

À Pékin comme à Shanghai, les habitants doivent scanner leur QR code avant d’entrer dans le centre commercial.
Vidéo tournée à  Pékin le 27 mars.
Guillaume Gauthier habite à Shanghai depuis deux ans. Il est chef pâtissier dans un restaurant français. Il a posté ces deux vidéos sur Instagram le 26 mars avec cette légende “la vie revient”. “Je suis très soulagé” a-t-il dit à la rédaction des Observateurs, “mais j’ai toujours une petite peur au fond de moi. Je n’étais pas très serein quand les premières mesures de confinement ont été levées.”

[embedded content]

Des tensions dans le Hubei

Les habitants du Hubei, épicentre de l’épidémie, peuvent également se déplacer à nouveau. Plus de 21 000 médecins et infirmiers venus aider les hôpitaux ont quitté la province pour rentrer chez eux. Beaucoup ont été applaudis par les habitants, comme dans cette vidéo publiée le 22 mars sur Weibo – l’équivalent de Twitter en Chine – qui montre une équipe médicale venue de la province du Shandong quitter la ville de Huanggang (est du Hubei).

[embedded content]

“Le Hubei renvoie docteurs et infirmier.e.s qui sont venus d’autres provinces pour aider. Deuxième jour et 0 cas à Wuhan”, tweet cet internaute le 21 mars sur Twitter.
À Wuhan, confinée depuis le 23 janvier, les règles sont toujours très strictes, mais les habitants peuvent désormais sortir pendant deux heures tous les trois jours, seuls. La levée du confinement est prévue pour le 8 avril.

La vie reprend doucement à Wuhan. Tweet d’Olivier Guyonvarch, consul général de la France à Wuhan.
“Jon” habite à Wuhan. Hier, il est allé se promener pour la première fois depuis le 23 janvier : “J’étais très excité après avoir été coincé chez moi pendant deux mois.”

“Profiter du printemps”. Publication de “Jon”,  un habitant de Wuhan, sur Instagram le 26 janvier

.
Mais la fin du confinement provoque également des tensions. Vendredi 27 mars, un conflit a éclaté à la frontière entre le Hubei et le Jiangxi (Sud de la Chine). Alors que les habitants du Hubei ont officiellement le droit de sortir de leur province, la police du Jiangxi a empêché les voyageurs de traverser la frontière entre les deux provinces. Sur Twitter, de nombreuses vidéos des citoyens du Hubei en colère ont circulé. Certains ont même renversé une voiture de police.

Pour éviter une deuxième vague de contaminations due aux cas importés, la Chine a annoncé une fermeture temporaire de ses frontières aux étrangers à partir de samedi 28 mars.

Article écrit par Marie Genries 

Source: france24

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :