Actualités

Le gouverneur de New York appelle le président Trump à imposer le port du masque

Les autres États commencent tout juste à le faire – des États qui étaient récalcitrants, [dont] les gouverneurs disaient « nous n’avons pas besoin de faire cela, les masques ne fonctionnent pas », a déclaré le gouverneur démocrate au cours d’une conférence de presse. Maintenant, ils font un virage à 180 degrés. […] Que le président fasse la même chose et signe un ordre exécutif en ce sens.

Son obstination à ne pas se couvrir le visage est problématique, a ajouté le gouverneur Cuomo.

Que le président montre l’exemple et mette un masque.

Andrew Cuomo

Depuis le mois d’avril, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pressent les Américains de se couvrir le visage dans les lieux publics lorsque la distanciation sociale n’est pas possible.

Le directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, a lui aussi multiplié les appels en ce sens.

Accusant l’administration Trump d’avoir abdiqué ses responsabilités dans la lutte contre la pandémie, Andrew Cuomo l’a en outre exhortée à dire la vérité aux gens de ce pays. Il est temps que l’Amérique se réveille, a-t-il dit.

Critiquant la décision de précipiter la réouverture de l’économie, qu’avait encouragée le président Trump, il a souligné que la hausse de cas avait des conséquences directes sur les marchés.

La Maison-Blanche a été en mode déni par rapport au coronavirus depuis le début, et la réponse fédérale a tout simplement été inadéquate, a-t-il réitéré, reprochant à l’administration Trump de ne pas en faire suffisamment pour contrer la nouvelle flambée de cas qui afflige une partie du pays.

D’après CNN, au moins 12 États ont suspendu leur processus de déconfinement ou même, comme dans le cas du Texas, fait marche arrière.

Alors que la résurgence de la pandémie se concentre principalement dans le sud des États-Unis, les États initialement les plus durement touchés par la COVID-19 – New York, Washington, New Jersey par exemple – ont vu le nombre de cas diminuer de façon significative.

Selon CNN, 16 États ont imposé le port du masque. New York, qui au printemps était l’épicentre de la pandémie, l’avait fait dès la mi-avril.

Avec près de 2,7 millions de cas officiellement déclarés et près de 129 000 morts recensés, le pays est de loin, en termes absolus, le plus touché par la pandémie, selon les chiffres compilés par Worldometer. Depuis une semaine, le pays recense entre 30 000 et 47 000 nouveaux cas par jour.

Plaidoyer républicain pour le port du masque

Recommandé par les responsables de la santé publique du gouvernement fédéral, le port du masque aurait tout bonnement pu faire l’objet d’un consensus bipartisan, mais il s’est transformé en âpre débat partisan, plusieurs électeurs républicains s’y opposant viscéralement.

Donald Trump ne s’est lui-même pas montré publiquement avec un masque, n’a lui-même jamais exhorté les Américains à le faire et a même ridiculisé certains de ses adversaires ou des journalistes qui en portent un.

Au cours des derniers jours, certains élus républicains ont livré un plaidoyer pour le port du masque.

Sur le plancher du Sénat, le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a martelé ce message lundi.

Nous ne devons pas être stigmatisés par le fait de porter un masque lorsque nous quittons nos maisons et que nous nous approchons d’autres personnes.

Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine au Sénat

Plus nous détestons la douleur et la souffrance qui ont accompagné les directives strictes du confinement à la maison, il y a quelques mois, plus nous devrions être heureux de prendre chaque jour de petites mesures responsables pour que notre pays puisse passer à l’offensive contre le virus, a-t-il déclaré.

Le vice-président parle à deux femmes; les trois portent des masques.

Le vice-président américain, Mike Pence, a porté un masque lors d’une visite à une usine de General Motors qui fabrique des ventilateurs à Kokomo en Indiana.

Photo : Reuters / Chris Bergin

La veille, le vice-président Mike Pence, en visite au Texas, l’un des États aux prises avec une vague de COVID-19, a porté un masque et a lui aussi encouragé les Américains des zones touchées à le faire pour se protéger eux-mêmes et protéger les autres, après être resté silencieux sur cette question pendant plusieurs mois.

Dans une scène devenue virale, des Floridiens participant à une assemblée dans le comté de Palm Beach, qui a voté en faveur de l’imposition du masque, invoquent les libertés individuelles, accusent les responsables municipaux de se détourner de Dieu, leur reprochent de vouloir tuer leurs concitoyens ou même d’empêcher les enfants de reconnaître les pédophiles.

Deux femmes et un homme tiennent des affiches sur lesquelles on peut lire : «Pas de masques».

Des Californiens manifestent contre le port du masque et les mesures de confinement le 27 juin 2020.

Photo : La Presse canadienne / Marcio Jose Sanchez

La ville hôte de la convention républicaine impose le masque

Un homme portant un masque chirurgical passe devant une vitrine où l'on vend un chandail «Make America Great Again».

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) recommandent aux Américains de se couvrir le visage lorsqu’ils sortent de chez eux.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Jacksonville, la plus grande ville de la Floride, a annoncé lundi qu’elle rendait obligatoire le port du masque afin de freiner la propagation du coronavirus.

La directive, entrée en vigueur le jour même, s’applique dans les lieux publics et intérieurs, ainsi que dans d’autres situations où les individus ne peuvent pas pratiquer la distanciation sociale, précise la Ville sur son compte Twitter.

Il est trop tôt pour dire si la mesure sera encore en vigueur lors de la convention républicaine, qui se déroulera à la fin du mois d’août. Soulignant qu’elle ne se tiendrait que dans deux mois, une porte-parole de la Ville, Nikki Kimbleton, a déclaré au Washington Post que la question serait réévaluée à l’approche de l’événement.

La décision représente une volte-face de la part du maire républicain Lenny Curry, qui la semaine dernière avait affirmé n’avoir aucun plan en ce sens, selon la chaîne de télévision locale News4Jax.

Certaines villes du sud de l’État ont par ailleurs décidé de fermer les plages lors de la fin de semaine où se dérouleront les célébrations entourant le 4 juillet, jour de l’indépendance des États-Unis.

La Floride fait partie des États où l’accroissement du nombre de cas dans les derniers jours est le plus marqué. Le département de la Santé de la Floride a indiqué lundi que 5266 cas étaient venus s’ajouter en une seule journée à l’échelle de l’État, portant le total des personnes infectées à plus de 146 000.

Il s’agit d’une baisse par rapport aux bilans des trois derniers jours, alors que le nombre quotidien de cas recensés a oscillé entre 8500 et un peu moins de 9600, le plus lourd bilan depuis le début de la pandémie.

La semaine dernière, le Dr Anthony Fauci s’est inquiété de la hausse « troublante » du nombre de cas de COVID-19 dans certains États, dont la Floride, le Texas et l’Arizona. Il y a quelques jours, il a même qualifié cette augmentation de « problème grave ».

Le mois dernier, il avait mis en garde les États qui rouvraient leur économie sans répondre aux critères des autorités de santé publique.

À lire aussi :

Source: Radio-Canada | Info – En continu

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :