Actualités

Exemple de solidarité : une communauté crie approvisionne sa voisine en vaccins

Oujé-Bougoumou, dans la région nordique d’Eeyou Istchee Baie-James, a imposé une quarantaine afin de contenir l’épidémie de COVID-19, en pleine recrudescence à la suite de rassemblements festifs entre le 31 décembre et le 7 janvier.

Cette communauté de quelque 900 habitants a pu compter sur l’intervention solidaire de Mistissini qui, grâce à son efficace préparation afin d’administrer rapidement les premiers vaccins, a reçu ses premières doses plus tôt que prévu, et a même pu en faire bénéficier sa voisine située à 140 km de distance.

La semaine dernière, Mistissini a reçu 1200 doses de vaccin pour ses habitants, affirme Melissa Saganash, directrice des Relations Cris-Québec. Elle en a expédié 200 à Oujé-Bougoumou qui les a reçues samedi pour faire vacciner la population prioritaire, soit les travailleurs de la santé et les aînés.

À Oujé-Bougoumou, les 15 cas de contamination recensés sont tous liés à un seul individu qui a été identifié, jeudi, comme étant le vingtième cas de COVID-19 dans l’ensemble des communautés cries depuis le début de la pandémie, en mars.

À Mistissini, ce sont 12 cas qui sont liés à cette même éclosion. Deux résidents de municipalités voisines ont également été infectés, rapporte la santé publique.

En tout, 250 personnes doivent subir un confinement préventif après avoir eu des contacts avec les individus contaminés à la COVID-19.

Questionnements légitimes

D’autres lots de vaccins sont attendus dans le courant de la semaine, à Montréal, avant d’être expédiés en région. Les neuf communautés cries s’attendent à vacciner la totalité de leur population admissible à compter du 19 janvier.

Les gens posent beaucoup de questions sur les vaccins, ce qui est une bonne chose, nous répondons ainsi aux craintes et aux inquiétudes, témoigne Mme Saganash.

À Mistissini, une campagne publicitaire a même été diffusée à la radio anglaise locale encourageant la population à se faire vacciner avant épuisement des stocks, relate Mme Saganash.

À lire aussi :

Source: Radio-Canada | Info – En continu

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :