Actualités

États-Unis : polémique après l’utilisation par un ranger d’un taser sur un Amérindien

Publié le : 05/01/2021 – 16:12Modifié le : 05/01/2021 – 18:18

L’intervention avec un taser, le 27 décembre, d’un ranger américain contre un homme amérindien, qu’il accusait de ne pas avoir respecté les sentiers balisés sur le site du monument national de Petroglyph à Albuquerque (Nouveau Mexique) et de ne pas avoir voulu décliner son identité, est considérée par de nombreux internautes comme la preuve d’un usage abusif de la force.

Darrell House, qui se décrit comme un homme navajo d’Oneida, peuple natif d’Amérique, visitait le parc du monument national de Petroglyph tout en promenant son chien avec sa cousine. Le parc fédéral abrite des sculptures rocheuses du peuple pueblo, un autre peuple natif américain.

“J’y vais pour prier. J’apporte de la sauge et je collecte de la terre pour les cérémonies rituelles”, a expliqué la victime à KOB 4, chaîne de télévision d’Albuquerque. Selon Darrell House, il serait à un moment sorti du sentier balisé du parc pour respecter la distanciation sociale avec un groupe de randonneurs.

C’est là qu’un ranger s’est approché de lui et de sa cousine pour vérifier leur identité et leur mettre une amende, au motif qu’ils avaient marché dans une zone protégée.

“Je ne veux pas décliner mon identité”, peut-on entendre Darrell House dire dans la vidéo du 27 décembre, avant de se faire taser par un ranger. Crédits : Instagram/Darrell House

Sur les images de sa caméra-piéton, on voit le ranger s’approcher des deux randonneurs pour leur faire remarquer qu’ils sont en dehors du sentier balisé et leur demander leurs noms et dates de naissance. Puis, on entend le ranger expliquer à Darrell House que le site de pétroglyphes est sacré pour de nombreuses tribus et qu’il est là pour empêcher les actes de vandalisme. Ce à quoi Darrell House rétorque qu’il fait lui-même partie d’une tribu native.

Après avoir refusé de donner son nom, Darrell House s’éloigne du ranger et s’excuse d’avoir emprunté le mauvais chemin. Mais le ranger lui explique qu’il va être arrêté pour ne pas avoir décliné son identité et sort alors son taser.

Dans cette vidéo du 27 décembre, on voit un ranger taser Darrell House, qui promenait son chien. Source : Instagram / Winona C. House

La cousine de Darrell House commence à filmer juste après que le policier a utilisé son arme. Dans la vidéo, on voit Darrell House appeler à l’aide alors que le ranger pointe son taser sur lui. Après avoir subi le choc électrique, Darrell House continue de crier et tente de fuir loin du gardien en le suppliant d’arrêter. De son côté, le ranger lui demande de montrer ses mains à plusieurs reprises, ce à quoi Darrell House répond “qu’il n’a rien sur lui”.

Sur toutes les images, Darrell House montre clairement ses mains. Aucune arme n’a été retrouvée sur lui après l’altercation.

Darrell House a finalement été menotté par un second ranger venu prêter main forte au premier. Devant l’incompréhension de Darrell House après son arrestation, les rangers lui expliquent qu’il va être détenu “pour un court moment”. Mais sur son compte Instagram peu après, Darrell House témoigne : “Je ne pensais pas que j’avais besoin de dire qui j’étais car je n’avais rien fait de mal. Je suis traumatisé. Ma jambe gauche est engourdie et saigne encore.”

Pluie de réactions et de soutiens à Darrell House

Selon un communiqué du Service des parcs nationaux américains, qui gère notamment le site du monument national de Petroglyph, Darrell House et sa cousine auraient été aperçus en train d’escalader les pétroglyphes ou des sculptures sur pierre dans le parc. Mais de son côté, Darrell House affirme que son seul tort aurait été d’avoir quitté brièvement le sentier balisé pour prier près des pierres.

Plusieurs associations de défense des parcs, des droits des indigènes ainsi que le gouvernement local ont dénoncé l’attitude du ranger et l’usage abusif de la force envers un homme amérindien sur sa terre d’origine.

Selon l’ONG Utah Diné Bikéyah, qui travaille à la protection des terres indigènes amérindiennes, “les droits de Darrell House ont été violés” selon la Loi sur la liberté des Indiens américains, qui garantit à tout indigène l’accès aux sites sacrés, dont la plupart sont situés dans des espaces publics.

Ernie Atencio, le directeur régional de l’Association pour la conservation des parcs nationaux, a pour sa part jugé “choquants” “l’incapacité du ranger à apaiser la situation et son usage excessif de la force sur un visiteur du parc dans un contrôle de routine”.

À la suite de l’incident, des groupes de défense des droits indigènes ont organisé une marche de prière pour protester et appeler au renvoi du ranger. Darrell House et sa cousine ont tous les deux reçu un procès-verbal pour avoir marché dans des zones non autorisées et avoir transmis de fausses informations aux rangers. Ils risquent tous deux une amende et l’incident fait actuellement l’objet d’une enquête par le Service des parcs nationaux américains.

Source: france24

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :