Actualités

En Afghanistan, deux roquettes explosent près du palais présidentiel

Publié le : 20/07/2021 – 12:43Modifié le : 20/07/2021 – 15:11

Deux roquettes ont atterri, mardi matin, près du palais présidentiel de Kaboul, en Afghanistan, provoquant d’importantes explosions sans faire de victimes, alors que de nombreux responsables étaient réunis autour du président Ashraf Ghani à l’occasion de l’Aïd el Adha, la fête musulmane du Sacrifice. 

Publicité

Deux fortes explosions ont retenti, mardi 20 juillet, à quelques pas du palais présidentiel de Kaboul, en Afghanistan. Trois roquettes, dont deux seulement ont explosé, sont tombées non loin de l’enceinte où de nombreux responsables étaient réunis autour du président Ashraf Ghani à l’occasion de l’Aïd el Adha, la fête musulmane du Sacrifice.  

“Les ennemis de l’Afghanistan ont lancé une attaque à la roquette dans divers endroits de Kaboul”, a déclaré, dans un message à la presse, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mirwais Stanikzai. Il cite trois zones dans un rayon d’environ un kilomètre du palais présidentiel, déjà visé par des roquettes à plusieurs reprises dans le passé, la dernière fois en décembre dernier. Une des trois roquettes n’a pas explosé, poursuit-il, précisant qu’il ne semble y avoir aucune victime. 

Des journalistes de l’AFP ont entendu vers 8 h (03h30 GMT) le bruit, suivi d’explosions, d’au moins deux roquettes survolant la “zone verte” ultra-fortifiée qui abrite le palais présidentiel et plusieurs ambassades, dont la mission de l’ONU. 

Cette attaque contre le palais présidentiel a été revendiquée par l’organisation État islamique.

Peu après les explosions, le président Ashraf Ghani a prononcé, en direct à la télévision, son traditionnel discours du premier jour de l’Aïd el Adha, en présence de nombreux hauts responsables afghans.  

La présidence afghane imperturbable 

Dans une vidéo filmée par la télévision nationale et publiée sur la page Facebook de la présidence afghane, on entend le sifflement suivi de l’explosion d’au moins deux roquettes, pendant que Ashraf  Ghani et plusieurs hauts responsables prient dans le jardin du palais. Le président et la plupart des hommes présents restent impassibles et continuent de prier, agenouillés, alors que quelques-uns se lèvent, hésitant à fuir. En mars 2020, une attaque à la roquette avait visé la cérémonie d’investiture de Ashraf  Ghani en présence de centaines de personnes. L’incident avait également été revendiqué par le groupe EI. 

“Mon impression est que l’importance de ces attaques s’évalue moins aux dégâts qu’elles causent qu’à l’impact psychologique qu’elles ont en sapant la confiance dans le gouvernement”, a souligné Ibraheem Bahiss. L’attaque de mardi “comme les précédentes était symbolique et visait à montrer que les insurgés sont à portée, même si le fait que (les roquettes) aient atterri si près du palais présidentiel montre que ces attaques peuvent potentiellement devenir mortelles”. 

Dans son discours, le président Ghani n’a fait aucune référence directe à cette attaque, mais a accusé les Taliban d’avoir “montré qu’ils n’ont pas la volonté ni l’intention de faire la paix”, malgré leurs affirmations. 

Des discussions de paix qui piétinent 

“Jusqu’à maintenant, les talibans n’ont pas montré” le moindre intérêt “pour des pourparlers significatifs et sérieux”, a-t-il ajouté, à l’issue d’un nouveau weekend stérile de discussions entre gouvernement et insurgés à Doha. Dimanche au Qatar, les deux délégations se sont séparées en indiquant simplement s’être accordées sur le besoin de trouver une “solution juste” et de se rencontrer à nouveau “la semaine prochaine”. 

Le chef du conseil gouvernemental afghan supervisant le processus de paix, Abdullah Abdullah, a reconnu que “le peuple afghan s’attendait évidemment à bien plus”. “Mais la porte pour des négociations reste ouverte”, a-t-il déclaré à l’AFP, disant espérer des progrès “d’ici quelques semaines”. 

Les pourparlers de Doha, entamés en septembre, n’ont connu depuis aucune avancée et les Talibans ont lancé début mai une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, à la faveur du commencement du retrait définitif des forces internationales d’Afghanistan, prévu pour s’achever fin août.  

Avec AFP  

Source: france24

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :