Actualités

COVID-19 : une deuxième vague plus rapide que prévu en cas de relâchement

L’épidémie de coronavirus est généralement maîtrisée au Canada pour le moment, selon les plus récentes données et les projections épidémiologiques présentées lundi midi par l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, et son collègue le Dr Howard Njoo.

Selon les experts, le Canada a réussi jusqu’à maintenant à aplatir sa courbe de contagion alors que les principaux indicateurs épidémiologiques montrent un ralentissement de la maladie dans l’ensemble du pays.

L’un des ces principaux indicateurs, le taux de reproduction réel, ou indice RT, qui estime le nombre de personnes infectées par un porteur du virus, se situe au Canada sous la valeur de 1 depuis au moins huit semaines, a précisé le sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, Howard Njoo. Ceci est considéré comme une bonne nouvelle par les autorités de la santé.

Graphiques montrant une courbe qui descend.

Le taux de reproduction réel, ou indice RT, est sous le seuil de zéro depuis plusieurs semaines au Canada.

Photo : Gouvernement du Canada

Selon les modèles élaborés par la santé publique à partir de l’état de la situation au 26 juin dernier, le nombre de cas déclarés de COVID-19 devrait se situer entre 103 940 et 108 130 au Canada le 12 juillet prochain.

Le nombre de victimes de la maladie devrait quant à lui atteindre 8865 au 12 juillet prochain.

Grâce aux efforts de la population et des autorités sanitaires, ont souligné les deux médecins, les éclosions de COVID-19 demeurent pour l’instant limitées et contenues dans certaines régions au pays, principalement dans les régions de Montréal et Toronto en raison des concentrations de population plus élevées. La transmission de la maladie est quant à elle « limitée ».

Les principaux foyers de transmission communautaire se situent actuellement dans des endroits fermés et où vivent de nombreuses personnes sous un même toit, à savoir les centres de soins de longue durée, les établissements correctionnels et les résidences pour les travailleurs agricoles étrangers.

L’isolement obligatoire maintenu pour les voyageurs

CBC News a appris que le gouvernement Trudeau a l’intention de maintenir l’obligation pour les voyageurs arrivant au Canada de s’isoler pendant 14 jours après leur entrée au pays. Cette règle devait prendre fin mardi à 23 h 59.

Un responsable gouvernemental s’exprimant sous le couvert de l’anonymat n’a pas précisé la durée de cette prolongation.

Howard Njoo s'adresse aux journalistes.

Le sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, Howard Njoo, explique qu’une deuxième vague de contamination pourrait survenir très rapidement si les Canadiens abandonnaient les mesures d’hygiène et de distanciation sociale.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Deuxième vague

Cependant, ont souligné les deux médecins, les gains réalisés par les Canadiens contre la COVID-19 demeurent très fragiles dans la mesure où aucun traitement ou vaccin n’est disponible pour protéger la population qui demeure vulnérable.

Les experts prévoient à ce chapitre une deuxième vague de contagion au Canada qui devrait survenir à l’automne en raison d’un retour à l’intérieur de la population et de l’apparition d’autres maladies respiratoires cycliques comme l’influenza, par exemple.

Mais, cette deuxième vague pourrait arriver beaucoup plus tôt, a prévenu le Dr Njoo, si les mesures de distanciation et d’hygiène sont abandonnées ou négligées par les Canadiens.

On sait aujourd’hui que si les Canadiens à travers le pays lâchent complètement toutes les mesures de santé publique […] c’est sûr qu’on pourrait avoir une autre vague peut-être même dans deux ou trois semaines.

Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique du Canada

La direction de l’Agence de la santé publique du Canada a par ailleurs annoncé qu’elle réduisait à deux par semaine le nombre de conférences de presse, mais qu’elle continuera de publier chaque jour des informations et les bilans qui font état de la situation au pays.

Le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Des projections « encourageantes », estime Justin Trudeau

Lors de sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre Justin Trudeau a souligné que les efforts du Canada qui a réussi à aplatir sa courbe plus vite que bien d’autres pays, notamment les États-Unis, où plusieurs États sont aux prises avec une flambée importante de contaminations.

Après un printemps très difficile, les choses continuent de s’améliorer, a souligné M. Trudeau. On a des zones chaudes, mais dans l’ensemble du pays, le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès est en baisse.

Et c’est parce que les Canadiens font leur part, a estimé le premier ministre, et parce que son gouvernement a fait les bonnes choses au bon moment.

Bien que nous soyons sur la bonne voie, le combat contre la COVID-19 n’est pas encore terminé, a-t-il cependant averti. Comme toujours, nous allons nous préparer pour les pires des scénarios.

M. Trudeau a de plus indiqué que, si les dernières données sur la COVID-19 vont toujours être publiées quotidiennement, les points de presse – les siens comme ceux de la Dre Teresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada – auront dorénavant lieu quelques fois par semaine, mais pas tous les jours.

Prolongation de l’aide au loyer commercial

M. Trudeau a d’autre part annoncé lundi que son gouvernement allait prolonger d’un mois, donc en juillet, l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial. Et on travaille avec les provinces et les territoires pour y arriver, a-t-il précisé.

Ce programme permet aux petites entreprises admissibles de bénéficier d’une baisse de loyer de 75 %. Le montant mensuel du loyer doit être de moins de 50 000 $.

Locataires et propriétaires doivent en fait assumer chacun 25 % du loyer. Le programme, chapeauté par la Société canadienne d’hypothèques et de logement, doit permettre de payer les 50 % restants.

La participation à ce programme a cependant été modeste, de nombreux propriétaires refusant d’en assumer une partie des coûts et de devoir porter le fardeau de l’adhésion.

De nombreux propriétaires ont des difficultés avec le programme, a convenu M. Trudeau. On travaille là-dessus.

Source: Radio-Canada | Info – En continu

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :