Actualités

Brésil : dans le Pantanal ravagé par le feu, des volontaires au secours des animaux blessés

Grâce aux partenariats entre différentes organisations, deux jaguars ont pu être acheminés du Pantanal jusqu’à Corumbá de Goiás, près de Brasília, pour être soignés au centre de soin spécialisé dans les félins de l’ONG Nex No Extinction.

Silvano Gianni en est le directeur exécutif. Il explique :

Bien que nous soyons à 1 000 kilomètres du Pantanal, nous avons reçu deux jaguars blessés depuis le début des incendies dans cette zone. Ils ont été transférés en van jusqu’ici pour être soignés en raison de graves brûlures. Ils sont en train de recevoir des traitements médicaux conventionnels qui sont financés par nos partenaires.

L’une des jaguars, que nous avons baptisée Amanaci, est arrivée très brûlée, elle ne pouvait plus bouger : ses lésions étaient profondes, il n’y avait presque plus de chaire sur ces pattes, les os étaient apparents. L’autre jaguar, appelé Ousado, est arrivé deux ou trois jours plus tard et se trouvait en meilleure santé, ses lésions étaient au second degré. Lui est presque prêt à retourner dans la nature. Le problème, c’est que son habitat a pris feu. Nous sommes donc en train de réfléchir à un projet de réintroduction pour lui, dans la zone où il se trouvait, en lui donnant des aliments pour qu’il puisse survivre.

C’est la première fois que nous recevons des jaguars dans des états de santé aussi critiques. Ils seraient probablement morts s’ils n’avaient pas été transférés ici. Pour nous ils sont symboliques, ce sont deux icônes de lutte pour la préservation.

Le 22 septembre, lors de son allocution diffusée à l’ouverture de l’Assemblée générale virtuelle des Nations unies, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a minimisé les incendies ravageant l’Amazonie et le Pantanal et accusé les fermiers indigènes d’en être à l’origine. Pourtant, pour l’heure, dans le Pantanal, la Police fédérale concentre ses investigations autour de cinq grands fermiers, soupçonnés d’avoir mis le feu à la végétation pour la transformer en zone de pâturage. Le président brésilien s’est également plaint que le gouvernement soit victime d’une “brutale campagne de désinformation” en ce qui concerne les feux.

Le 14 septembre, les États du Mato Grosso et Mato Grosso do Sul, où se trouve le Pantanal brésilien, se sont déclarés en état de calamité. Cette mesure permet de mobiliser davantage de moyens et de matériels pour faire face à l’urgence. La même semaine, le gouvernement a débloqué une aide de près de 13,9 millions de reais (2,1 millions d’euros) pour aider les deux états dans leur lutte contre les incendies.

Article écrit par Maëva Poulet

Source: france24

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :