Actualités

À quelques heures de son départ, Donald Trump gracie son ex-conseiller Steve Bannon

Publié le : 20/01/2021 – 07:11Modifié le : 20/01/2021 – 07:19

Donald Trump a gracié l’un des stratèges de sa campagne électorale de 2016 et ancien conseiller de la Maison blanche, Steve Bannon, dans le cadre d’une vague de pardons que le président sortant va accorder durant ses ultimes heures à Washington.

Un dernier pied de nez à ses adversaires. Le président américain sortant profite de ses ultimes instants à la Maison Blanche pour utiliser largement son pouvoir de grâce.

La Maison Blanche a confirmé, mercredi 20 janvier, que Donald Trump avait gracié son ancien conseiller Steve Bannon, quelques heures avant l’investiture de Joe Biden.

Steve Bannon, 66 ans, avait été l’un des artisans de la campagne présidentielle victorieuse de Donald Trump en 2016, avant d’être poussé vers la sortie par le milliardaire républicain. Accusé d’avoir détourné des fonds prétendument destinés à la construction d’un mur à la frontière États-Unis-Mexique, il a obtenu la clémence du président, selon une information du New York Times, confirmée par la Maison Blanche.

Une centaine de grâces

Donald Trump, qui quittera la présidence mercredi, a pris cette décision de dernière minute après s’être entretenu au téléphone avec son ancien conseiller, a affirmé le quotidien. La grâce présidentielle annulerait les charges portées contre Steve Bannon s’il était condamné, selon le journal.

Avant de s’envoler pour la Floride, mercredi matin, le président sortant pourrait frapper un grand coup en graciant jusqu’à une centaine de personnes, selon plusieurs médias. Un haut représentant de l’administration a indiqué que les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black, poursuivis par la justice pour possession illégale d’arme à feu, ont été graciés, de même que l’ancien maire de Detroit, Kwame Kilpatrick, qui purgeait une peine de 28 ans d’emprisonnement pour corruption.

Ces derniers mois, il a déjà utilisé ce pouvoir présidentiel et a exonéré des collaborateurs et des proches, certains ayant été condamnés dans le cadre de l’enquête sur une possible collusion entre la Russie et son équipe de campagne en 2016.

Avec AFP et Reuters

Source: france24

Ajouter un commentaire

Click here to post a comment

%d blogueueurs aiment cette page :