Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Un parc éolien géant sème l’inquiétude dans la péninsule de Port-au-Port

Le consortium World Energy GH2 propose de construire 164 éoliennes dans la péninsule, située dans l’ouest de Terre-Neuve, et d’utiliser l’énergie qui y serait produite pour fabriquer de l’hydrogène vert et de l’ammoniac dans une usine à Stephenville.

Si le mégaprojet voit le jour, 2500 emplois, dont 100 emplois permanents, seraient créés, mais les turbines de 200 m de hauteur transformeraient aussi le paysage de la région.

Si elles se trouvent dans un endroit où elles produisent du bruit et des vibrations qui touchent mes clients, ce serait catastrophique pour mon entreprise, explique Peter Fenwick, propriétaire du gîte Inn at the Cape. Il estime qu’une des turbines se trouverait à environ 1 km de sa propriété.

« Notre problème est qu’on ne sait pas exactement ce qui se passe et on n’a aucune idée de ce qui constitue une distance sécuritaire entre un domicile et une éolienne. Si je n’ai pas cette information-là, je ne peux pas vous dire si j’appuie le projet. »

— Une citation de  Peter Fenwick, résident de Cap Saint-Georges

On veut entendre ce que l'entreprise a pour son dire

Le plan de World Energy GH2 a été rendu public, il y a quelques jours seulement, dans le cadre de l'évaluation environnementale du projet.

À la demande des municipalités de la région, des représentants de World Energy GH2 vont rencontrer mercredi des résidents de deux villes dans la péninsule : Cap Saint-Georges et Lourdes. Des membres de plusieurs districts de services locaux, qui n’ont pas de conseil municipal officiel, y seront aussi.

On veut entendre ce que l'entreprise a pour son dire. On n’est pas contre les éoliennes, mais on veut savoir pourquoi il est nécessaire de les mettre à Cap Saint-Georges parce qu’il y en aura beaucoup près de chez nous, explique Stella Cornect, mairesse de Cap Saint-Georges.

On limite pour le moment le nombre de personnes présentes parce qu’il ne sert à rien d'avoir des centaines de gens […] on veut privilégier la discussion et la période de questions et de réponses.

World Energy GH2 va aussi rencontrer mercredi des représentants de la ville de Stephenville, où se situerait l’usine d’hydrogène et d’ammoniac.

Une évaluation trop rapide?

Le député provincial dans Stepenville-Port-au-Port remet en question la vitesse à laquelle le gouvernement libéral évalue les impacts environnementaux du projet.

On a une évaluation environnementale qui arrive à la fin du mois de juin, avec une date limite pour en faire des commentaires qui est fixée le 27 juillet, au milieu de l’été. Puis, le ministre doit prendre une décision d’ici le 5 août. Je me demande pourquoi on y va si rapidement, affirme le progressiste-conservateur, Tony Wakeham.

Si certains résidents attendent avec impatience les explications du consortium, d’autres s’opposent déjà au projet.

Ça va ruiner des acres et des acres de terres, soutient Travis Young, propriétaire d’une maison à Sheaves Cove, un district de services locaux dans la péninsule. Il craint des répercussions auprès des animaux et de la végétation, et croit que la destruction serait incroyable.

Peter Fenwick ajoute que la plupart de ces postes permanents créés par le projet seraient liés à l’usine de Stephenville, à 10 km à l’ouest de la péninsule.

C’est nous qui faisons les sacrifices et c’est eux qui vont en tirer tous les avantages, estime Peter Fenwick.

World Energy GH2 se dit ouvert à la collaboration

World Energy GH2 – un consortium qui regroupe les firmes CFFI Ventures, World Energy, Horizon Maritime et DOB-Academy – dit avoir lancé une série de consultations le 13 mai dernier, lorsqu’il a organisé des rencontres avec les conseils municipaux de la région.

Il a aussi rencontré des représentants des Premières Nations Qalipu et Miawpukek, ainsi que les conseils de bande du secteur.

Nous sommes impatients d'entendre les préoccupations soulevées par les résidents et de travailler ensemble pour y répondre, affirme une porte-parole, en ajoutant que le projet vise à apporter de la valeur, de l'emploi, de l'activité commerciale locale et des avantages financiers à la province et à positionner notre région comme l'un des meilleurs sites d'énergie renouvelable au monde.

Travis Young souligne que les districts de services locaux ont appris l'élaboration du projet dans les médias et n’ont jusqu’à maintenant participé à aucune consultation menée de World Energy GH2.

C’est comme si on est moins important parce qu’on n'est pas une ville, remarque-t-il.

La Grand'Terre, un autre district de services locaux dans la péninsule, organise une réunion publique lundi soir pour discuter du projet. La rencontre aura lieu à 18 h 30 à l'école Sainte-Anne.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1895570/parc-eoliennes-port-eu-port-hydrogene-impacts.

Leave a Reply