Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Le projet de train Calgary-Banff réussirait même sans fonds provinciaux

Le coût estimé du projet de train Calgary-Banff est de 1,5 milliard de dollars. Ses bailleurs de fonds soutiennent que le projet pourrait être un succès même sans le soutien financier du gouvernement provincial en raison du nombre d'usagers prévus.

Liricon Capital Inc., son principal promoteur privé, souligne toutefois qu’il aura besoin de l’appui de Parcs Canada pour que cela soit possible.

Il explique que Parcs Canada devra adopter des politiques visant à encourager les visiteurs du parc national de Banff à s'y rendre en transport en commun.

Ce que nous demandons [à Parcs Canada], c’est d’adopter [une politique de la] carotte et du bâton, déclare Jan Waterous, associée directeur principale de Liricon Capital.

Concrètement, il est demandé à l’institution fédérale responsable de la gestion des parcs nationaux d’adopter des incitatifs à l'utilisation des transports en commun. Jan Waterous note qu'il pourrait s'agir d'une bonification des services de navettes entre les attractions du parc ou encore d’augmenter les tarifs d’entrée au Parc national de Banff pour les véhicules privés.

En attente de l’aval du gouvernement albertain

Jan Waterous a déclaré dans une entrevue que l'entreprise a soumis plus tôt cette année sa proposition de projet de ligne ferroviaire Calgary-Banff et qu’elle attend toujours la réponse de l’Alberta.

L'entreprise a demandé au gouvernement provincial de subventionner le projet à hauteur de 30 millions de dollars par an pendant la durée de vie du train, afin d’aider à en payer l'hypothèque.

Toutefois, ce financement public pourrait ne plus être nécessaire, selon les porteurs du projet, qui citent à ce propos les données d’une nouvelle étude sur l'achalandage qu’ils ont commandée.

Ces données prévoient jusqu'à 11 millions de passagers par an d'ici 2035, soit cinq fois plus que ce qui était prévu dans la première projection.

Jan Waterous déclare que l’évolution des données s’explique par les soutiens récents des municipalités telles que Calgary, Canmore et Cochrane, qui se sont toutes engagées à connecter leurs réseaux de transport en commun à la ligne ferroviaire.

Elle ajoute que la disposition des opérateurs touristiques locaux à offrir des forfaits aux voyageurs ferroviaires, et l’éventualité que les compagnies aériennes Air Canada et WestJet intègrent le projet à leurs horaires pour faciliter les transferts entre l'aéroport de Calgary et Banff, ont également contribué également à faire augmenter l’achalandage prévu.

Selon le plan, le train va également desservir les navetteurs locaux, avec des arrêts dans sept communautés ainsi qu'au centre-ville de Calgary.

Avis divergents sur l’impact environnemental

Le train à hydrogène que propose l’entreprise devrait être construit dans le couloir de fret existant de la compagnie Canadien Pacifique, donc sans incursion dans les terres non perturbées du Parc national de Banff.

De plus, l’usage du train pourrait réduire d'au moins 20 % et possiblement de 40 % le nombre de véhicules de passagers dans le plus ancien parc national du Canada. Ceci contribuerait par conséquent à réduire les émissions de gaz à effet de serre, soutiennent les partisans du projet.

Des écologistes croient cependant que le projet ferait de Banff une destination encore plus populaire pour les touristes et qu’il y augmenterait de ce fait l'impact humain global sur la faune et le paysage naturel de la région.

L’entreprise suggère un tarif de 20 $ pour les Albertains. Les usagers de l'extérieur de la province payeraient plus.

Liricon Capital Inc. a également demandé à la province un engagement financier de quelque 10 millions de dollars pour achever la prochaine phase des travaux de conception et de développement du projet.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1894539/investissement-transport-ferroviaire-alberta.

Leave a Reply