Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Des tests PCR pour protéger une moule menacée

Chaque semaine, cet été, des scientifiques vont se rendre à la rivière Little, au Nouveau-Brunswick, pour prélever des échantillons d’eau. Le but de l’exercice, c’est de vérifier si la rivière abrite une espèce de moule d’eau douce en péril, l’alasmidonte renflée.

Au lieu de détecter visuellement la moule, on est capables de détecter l'ADN que la moule relâche dans l'environnement aquatique de la rivière, explique le biologiste Francis LeBlanc.

Chargement de l’image

Le biologiste Francis LeBlanc procède au prélèvement d’échantillons d’eau dans la rivière Little.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Papillon

Les filtres utilisés lors du prélèvement des échantillons d’eau sont rangés avec beaucoup de précautions par l’équipe de scientifiques, car ceux-ci seront envoyés au laboratoire de Pêches et Océans Canada, à Moncton.

Chargement de l’image

L’équipe de scientifiques s’assure de conserver précieusement les filtres utilisés lors du prélèvement des échantillons d’eau.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Papillon

Des techniciens du laboratoire doivent ensuite procéder à l’extraction de l’ADN qui se trouve sur les filtres rapportés de la rivière. Lorsque l'eau filtre, il y a aussi d'autres choses qui restent captées sur le filtre, explique la technicienne Chantal Gaudreau. Donc, nous, on vient faire l'extraction de l'ADN pour s’assurer qu'on atteint de l'ADN purifié.

Chargement de l’image

Le travail des techniciens, comme Chantal Gaudreau, est essentiel dans la procédure de test PCR.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Papillon

C'est une fois l’ADN purifié obtenu que les tests PCR entrent en scène. Les instruments qui servent à mener ces tests vont amplifier l’ADN de l’espèce recherchée, dans le cas qui nous occupe, l’alasmidonte renflée, pour indiquer si l’eau recueillie à la rivière Little en présentait des traces.

Cette étape dure près de deux heures. Et le résultat confirme que l’équipe de Pêches et Océans Canada avait raison de s’intéresser à la rivière Little.

« On est capables de voir, par la présence d'une courbe d'amplification, qu'on a bel et bien détecté l'ADN de l'alasmidonte renflée au site, ce qui nous indique que la moule est fort probablement présente dans la rivière. »

— Une citation de  Francis LeBlanc, biologiste à Pêches et Océans Canada

Chargement de l’image

La rivière Little, au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Mathieu Papillon

Et maintenant, quoi? L’objectif ultime de l’opération est d’aider à la préservation de l’espèce en péril. En connaissant mieux la distribution de l'espèce et, potentiellement, l'habitat critique, on est capables de prendre des mesures pour la protéger, souligne Francis LeBlanc.

D’autres utilisations des tests PCR

Les tests PCR sont aussi utilisés par les équipes de Pêches et Océans Canada pour détecter des pathogènes chez certains poissons et crustacés. Ils peuvent aussi servir à évaluer la présence d'une espèce envahissante, comme le crabe vert.

Parce qu’au fond, qu'est-ce que c'est, un test PCR? Le test PCR est juste une manière d'aller vérifier si l'ADN ou l'ARN d'un organisme quelconque est là ou non, nous répond Francis LeBlanc.

Chargement de l’image

Francis LeBlanc, biologiste à Pêches et Océans Canada

Photo : Radio-Canada / Mathieu Papillon

Et comme tous les tests PCR se ressemblent, son équipe a contribué au dépistage de la COVID-19 auprès de la population quand la demande a atteint des sommets. Notre travail de routine implique surtout des pathogènes qui ne posent pas de risques pour les humains; on a donc dû prendre des mesures préventives de ce côté-là, raconte Francis LeBlanc. Mais le gros du travail, on était hautement qualifiés pour le faire.

En contrepartie, l'évolution rapide de la science pendant la pandémie leur a aussi servi. L’optimisation des méthodes de détection de la COVID-19 à partir d’échantillons d’eau permettra notamment de rendre le travail d’identification d’espèces envahissantes dans les cours d’eau encore plus efficace.

Chez Pêches et Océans Canada, comme ailleurs, la pandémie n’aura, heureusement, pas eu que des effets négatifs.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1888962/protection-moules-test-pcr.

Leave a Reply