Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Plus de 300 000 voyageurs dans la file d’attente des renouvellements de carte Nexus

Vous n'avez pas la possibilité de contacter qui que ce soit en direct pour savoir ce qui se passe. Et cela fait partie de la frustration, dénonce Keith Lockman, un résident de Mississauga qui a demandé le renouvellement de sa carte au printemps 2020, mais qui n'a toujours pas pu prendre rendez-vous pour une entrevue.

Le programme Nexus permet aux Canadiens préapprouvés de passer par des files d’attente distinctes, généralement plus rapides, lorsqu'ils se rendent aux États-Unis ou en reviennent.

Chaque demandeur doit faire l'objet d'une évaluation à la fois par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et par le Service des douanes et de la protection des frontières (SDPF) des États-Unis, puis d'un entretien.

Chargement de l’image

Nexus permet de couper les files d’attente pour les voyageurs préapprouvés.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Ces approbations ont été suspendues depuis le début de la pandémie. De nombreux habitants de la région du Grand Toronto attendent donc depuis des mois le renouvellement officiel de leur carte.

Selon certains experts, ce ne sont pas seulement les complications liées à la pandémie qui sont à l'origine de l'arriéré, mais aussi un problème lié à un accord de précontrôle entre les États-Unis et le Canada.

Complexités et défis

Laurie Tannous, avocate spécialisée dans les dossiers transfrontaliers, assure avoir été inondée d’appels liés à Nexus.

Pour de nombreux voyageurs, les retards ne sont qu’un inconvénient, dit-elle, mais c'est plus difficile pour ceux qui dépendent du passage de la frontière pour leur travail.

Ça a un impact pour les travailleurs essentiels, des personnes qui en sont venues à dépendre de la possibilité d'avoir ce statut de confiance, d'aller travailler et de revenir, observe Me Tannous, qui est également conseillère spéciale du Cross Border Institute de l'Université de Windsor.

En ce qui concerne la fermeture des centres canadiens, Me Tannous suggère aussi qu'il s'agit d'un problème plus complexe que ceux liés à la pandémie. Elle évoque un accord entre les deux pays qui permet aux agents américains de précontrôle d'être armés au Canada.

Il y a des complexités et des défis dans cette question qui, à juste titre, soulèvent certains enjeux au Canada ayant trait à la souveraineté, explique l’avocate.

« La question de savoir si oui ou non […] un agent américain ou un agent d'un autre pays aurait la capacité de porter une arme ici et de l’utiliser, alors que se passerait-il? »

— Une citation de  Laurie Tannous, avocate

Selon Me Tannous, la fermeture des centres serait également liée à des questions non résolues liées à l'accord : Ils travaillaient sur ces questions… et puis la COVID a frappé.

L'ASFC affirme que le Canada et les États-Unis sont en pourparlers sur ces questions.

Dans une réponse à CBC News, l'ASFC n'a pas indiqué quand ses centres d'inscription canadiens seraient ouverts pour les entretiens ni répondu directement à une question visant à savoir si l'accord de précontrôle provoquait les retards occasionnés.

Nexus est un programme conjoint géré à la fois par l'Agence des services frontaliers du Canada et par le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, indique le communiqué.

Le Canada et les États-Unis sont en discussion sur le calendrier de réouverture des centres d'inscription canadiens, ajoute-t-il.

L'ASFC a déclaré que les membres existants qui renouvellent leur adhésion avant son expiration pourront toujours utiliser leurs privilèges.

Entre-temps, certains, comme Keith Lockman, se demandent pourquoi une plus grande partie du processus ne peut pas être effectuée virtuellement, y compris les entrevues.

D'après les informations de Farrah Merali, de CBC

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1890792/nexus-frontiere-canada-etats-unis-douanes-americaines-voyage.

Leave a Reply