Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Equinor prévoit 40 % plus de pétrole à Bay du Nord

Torstein Hole, de passage à Saint-Jean (T.-N.-L.) pour le congrès annuel d’Energy NL, affirme que 500 millions de barils de brut seront extraits si le projet voit le jour.

La pétrolière avait dit au préalable que 300 millions de barils seraient extraits par la plate-forme flottante.

Nous y allons à fond , affirme Torstein Hole, en ajoutant que malgré un processus d’évaluation environnementale acrimonieuse menée par Ottawa, une décision finale sur le projet controversé n'est prévue que d’ici deux ans.

Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, a donné le feu vert au projet en avril. Le cofondateur du groupe environnemental Équiterre avait repoussé cette décision à deux reprises avant de l’annoncer.

Selon M. Hole, le coût total du projet s’élève à 16 milliards de dollars. La production devrait s’amorcer d’ici la fin de la décennie, ajoute-t-il.

Schéma du navire.

La société norvégienne Equinor utiliserait un navire de production, de stockage et de déchargement comme celui-ci pour exploiter le gisement de Bay du Nord à 500 km à l’est de Terre-Neuve et à une profondeur de 1200 mètres.

Photo : Equinor

Le projet est la cible de plusieurs environnementalistes, mais représente des milliers d’emplois et des milliards en redevances pour le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le gouvernement provincial appuie le projet, en soulignant que les émissions en amont — les GES produits pendant l’extraction — sont beaucoup plus faibles que d’autres projets pétroliers canadiens, surtout les sables bitumineux.

La majorité des émissions d’un baril de pétrole arrive pourtant pendant la combustion.

Bay du Nord a le potentiel de produire le pétrole le moins émetteur au Canada , estime Tostein Hole, en ajoutant que les nouvelles technologies utilisées à Bay du Nord pourraient rendre les activités plus sécuritaires pour les travailleurs et éliminer le torchage des rejets de gaz fossiles.

Optimisme à Terre-Neuve-et-Labrador

Au congrès d’Energy NL, le regroupement des industries énergétiques de Terre-Neuve-et-Labrador, le projet Bay du Nord rime avec optimisme.

Bay du Nord a franchi une étape importante, affirme le ministre provincial de l’Énergie, Andrew Parsons.

Andrew Parsons.

Le ministre de l’Industrie, de l’Énergie et de la Technologie de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Parsons

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Je reconnais qu’il y a toujours beaucoup de travail à faire , poursuit-il, mais ajoute que les choses vont très bien en ce moment .

M. Hole indique qu’Equinor va soumettre à l’Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers, l’agence qui réglemente l’industrie pétrolière de la province, une demande formelle détaillant ses plans dans le cap Flamand, à 500 km à l’est de Terre-Neuve.

Le ministre Parsons dit que la négociation d’une entente sur les redevances de Bay du Nord est en cours.

[Equinor] poursuit son travail à l’interne, ils ont beaucoup de travail à faire. Vous savez, les retards [de l’évaluation environnementale fédérale] n’ont pas aidé , estime-t-il.

Dispute sur les redevances internationales

Selon Andrew Parsons, les pourparlers sur le paiement des redevances internationales de Bay du Nord se poursuivent entre la province et Ottawa.

La Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) permet aux pays comme le Canada, qui bénéficie d'un plateau continental étendu, d'extraire le pétrole dans les eaux situées à plus de 200 milles marins de la côte (Bay du Nord se situera à 270 milles marins à l'est de l'île de Terre-Neuve), mais ces derniers doivent verser des redevances à l’Autorité internationale des fonds marins.

Les redevances internationales de Bay du Nord restent à déterminer. Mais la facture risque de s’élever à des centaines de millions de dollars.

Ottawa est signataire du traité et devra signer le chèque, mais souhaite que Terre-Neuve-et-Labrador aide à éponger les coûts. La province lourdement endettée reçoit 100 % des revenus de son secteur pétrolier.

Ce sont des discussions qui se poursuivent avec le gouvernement fédéral. Mais notre position n’a pas changé, indique le ministre Parsons. C’est notre ressource. Et Ottawa a déjà reçu beaucoup d’argent grâce à notre pétrole.

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1887951/equinor-bay-du-nord-production-barils-petrole.

Leave a Reply