Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Santé Canada enquête sur des cas d’hépatite grave d’origine inconnue chez des enfants

L'Agence ne précise pas combien de cas au Canada font l’objet d'une enquête plus approfondie afin de déterminer s'ils sont liés à des cas survenus au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Les dernières données disponibles de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent qu'au moins 169 cas d'hépatite aiguë d'origine inconnue ont été signalés dans près d'une douzaine de pays, la majorité d’entre eux au Royaume-Uni.

Mardi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) estimait à près de 200 le nombre de cas recensés dans le monde.

Les États-Unis ont pour leur part identifié plus d'une douzaine de cas dans plusieurs États. De nombreux cas de cette hépatite infantile ont également été signalés en Espagne, en Israël, au Danemark, en Irlande, en Italie, en Norvège, en France, en Roumanie, en Belgique et aux Pays-Bas.

Environ 10 % des enfants touchés ont dû subir une greffe du foie et au moins un enfant en est mort, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les cas signalés dans le monde entier touchent principalement des enfants âgés d'un mois à 16 ans.

Nausées, vomissements

On ne sait pas encore si les cas canadiens correspondent au même syndrome que celui observé ailleurs, a déclaré à CBC le Dr Jordan Feld, spécialiste des maladies du foie et chercheur principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital général de Toronto.

Les enfants affectés présentent généralement des symptômes gastro-intestinaux tels que des nausées, des vomissements et de la diarrhée, dit-il.

« Le problème le plus sérieux est qu'ils développent une jaunisse […] ou on observe que leurs tests sanguins du foie sont anormaux. »

— Une citation de  Dr Jordan Feld, chercheur principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital général de Toronto

Un virus en cause?

Les scientifiques sont perplexes quant à l’origine de cette hépatite.

Il est certain qu'une infection virale est en tête de liste, mais cela reste à prouver, explique M. Feld.

Des problèmes médicaux et la prise de certains médicaments peuvent causer l'hépatite. Il en est de même pour la consommation excessive d'alcool ou l'exposition à certains produits chimiques ou drogues. Mais l'inflammation ou les lésions du foie sont le plus souvent causées par un virus.

Par contre, l'OMS indique que les virus habituels (de A à E) de l'hépatite n'ont pas été identifiés chez ces jeunes.

Un adénovirus a été détecté dans au moins 74 cas; il s'agit d'un groupe commun de virus qui sont connus pour causer un large éventail de problèmes de santé, allant des troubles gastro-intestinaux aux infections de la vessie en passant par le rhume.

Au Royaume-Uni, les autorités ont récemment observé une augmentation significative des infections aux adénovirus dans la communauté, après une faible circulation au début de la pandémie de COVID-19.

Andrea Ammon, directrice de l'ECDCCentre européen de prévention et de contrôle des maladies, a évoqué une théorie suggérant que les confinements durant la pandémie ont pu affaiblir l'immunité des enfants parce qu'ils ont été moins exposés aux agents pathogènes courants pendant leur isolement.

Mais cette théorie est loin d'être définitive, étant donné les différents taux de dépistage des différents virus.

Le virus à l'origine de la COVID-19, le SRAS-CoV-2, a également été identifié dans 20 cas parmi ceux qui ont été testés – tandis que 18 des jeunes patients atteints d'hépatite étaient infectés par les deux virus.

En Israël, l'un des médecins impliqués dans le traitement des cas d'hépatite infantile soupçonne qu'il pourrait y avoir un lien avec la COVID-19.

Après avoir écarté toutes les différentes possibilités, le dénominateur commun de tous les cas que nous avons trouvés, était que tous avaient contracté le coronavirus environ trois mois et demi avant l'apparition de l'infection, a déclaré à Haaretz le Dr Yael Mozer-Glassberg, chef de l'unité de transplantation hépatique pédiatrique au Schneider Children's Medical Center de Petah Tikva, au nord-est de Tel-Aviv.

« Je ne pense pas qu'il soit encore possible d'affirmer que tous ces cas sont un phénomène post-COVID. »

— Une citation de  Dr Yael Mozer-Glassberg, Schneider Children's Medical Center de Petah Tikva

À lire aussi :

  • Hépatite infantile d’origine inconnue : d’autres cas détectés en Europe et aux États-Unis
  • L'hépatite C encore très peu dépistée au Canada

Le vaccin contre la COVID-19 ne serait pas en cause

La Dre Allison McGeer, spécialiste des maladies infectieuses au Sinai Health System de Toronto, a déclaré à CBC qu'on peut affirmer avec certitude que la vaccination contre la COVID-19 n'est pas en cause. La plupart des jeunes enfants, a-t-elle fait remarquer, ne sont pas encore en mesure de se faire vacciner.

Quelle que soit la cause, les scientifiques demeurent aux aguets.

Chaque fois que nous voyons une hépatite grave, en particulier chez de jeunes enfants, c'est alarmant, a conclu M. Feld.

D'après le texte de Lauren Pelley, CBC

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1879178/epidemie-hepatite-mysterieuse-canada.

Leave a Reply